image_pdf

Quinzaine de la famille Genève

Cliquez ici  pour consulter le programme quinzaine de la famille Genève.

 

ENTRETIEN AVEC ALBERT RODRIK

albert

source: www.albertrodrik.ch

Vous êtes membre du CLAFG, le seul homme, pourquoi ?

Le CLAFG regroupait initialement des associations. Lorsqu’il a décidé de s’ouvrir aux membres individuel-le-s, plusieurs femmes ont adhéré. L’adhésion à la cause des femmes est rare dans la gent masculine. Les hommes s’engagent s’ils y trouvent un intérêt, c’est souvent un enjeu instrumentalisé. Pour moi, il est évident que  la moitié de l’humanité doit avoir une place entière et complète au sein de l’humanité, j’ai tout de suite adhéré. Je n’ai manifestement pas été suivi.

 

Sur votre site, vous vous définissez comme « féministe, écologiste, syndiqué». Pourquoi mettre en premier le féminisme et qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Le féminisme a plusieurs acceptions. La femme, tout comme l’homme, est un être complexe. Il n’ y a rien de pire qu’un homme qui arbitrerait ces différentes sensibilités. On doit faire une richesse de cette diversité.

Toute ma vie j’ai eu un engagement militant pour les femmes, l’environnement et les travailleurs. Un vrai engagement socialiste. C’est l’essentiel pour moi, quant à dire pourquoi je le mets en premier, je n’ai pas de réponse rationnelle, c’est dans la tête et les tripes.

 

Comment le fait de se déclarer « féministe » est-il perçu par vos paires ? Vous êtes membres d’autres associations telles que F-Information, Solidarités femmes, Lestime et Aspasie : était-ce un atout dans votre carrière politique ?

Je suis mal placé pour mesurer. Le combat des femmes impose d’avoir toujours plus de femmes élues. Il faut montrer aux hommes que cet enjeu est important et qu’ils ont leur place dans ce combat. Ils doivent en prendre conscience. La cause des femmes n’est pas un lobby. Cela a pu me profiter, mais je crois modestement.

 

Vous avez eu un parcours varié dans votre vie, immigré, naturalisé, universitaire, employé dans le secteur bancaire, puis haut fonctionnaire, doublé d’un beau parcours politique, notamment conseiller municipal, député et constituant. Quel meilleur souvenir gardez-vous et quel regret ?

Ce que j’aime c’est la volupté de la langue, l’art de parler. Le parlement est l’endroit où l’on parle. Mes meilleurs souvenirs sont des débats politiques, lorsque j’ai pu prendre la parole sur des grands sujets de manière spontanée pour convaincre. Le plaisir d’enchaîner la discussion.  Je me souviens d’un débat sur le droit des pauvres à 20h45 pour mon premier jour au Grand Conseil ou celui sur le secret bancaire.

Mon regret serait de ne pas avoir pu aller aux Chambres fédérales.

 

Une dernière question en lien avec l’actualité, en octobre nous élirons nos représentant-e-s genevois-e-s à Berne, le CLAFG souhaite promouvoir les femmes, afin d’obtenir une parité parmi les élu-e-s.  Un conseil à formuler.

Il faut savoir ce que l’on veut, faire un choix pour l’avenir de ce pays. Nous devons voter en ayant la conviction qu’en donnant notre voix à une femme ce n’est pas une voix de perdue. Les femmes sont tout aussi capables, voire meilleures au vu du passé, elles sont des pilotes au moins aussi fiables. Les hommes ont amené parfois l’humanité au bord du gouffre et continuent. Le rôle de la femme à travers les siècles a été d’être un facteur de sauvetage. Il faut qu’elles aient leur place pour préserver l’humanité.

 

Propos recueillis par notre Présidente, Nathalie Schneuwly

La belle saison

Un film sur des femmes, réalisé par une femme.

Sortie le 19 août.

Bande annonce

Synopsis

 197film-femmes-genève1, Delphine a vingt-trois ans. Fille de paysan, elle monte à Paris pour gagner son  indépendance financière; elle se rêve à la tête de sa propre exploitation, un projet impensable  à l’époque pour une femme.

 Carole est parisienne. Elle a trente-cinq ans. En couple avec Manuel, elle vit activement les  débuts du féminisme. Lorsque Delphine et Carole se rencontrent, leur histoire d’amour fait  basculer leur vie.

 Mais Delphine est contrainte de rentrer à la ferme. Carole la suit. Là-bas, elles vont devoir  affronter une autre réalité…

 

Consultez le dossier de presse ici

 

film-la-belle-saison-geneve film-femmes-geneve

 

 

 

Maternité : protection des travailleuses

 

Femmes enceintes, consultez vos droits!

3 questions à Aurore Bui, créatrice de SOFTWEB

Dans le cadre de notre nouvelle permanence, le CLAFG a posé quelques questions à la créatrice et directrice de SOFTWEB, qui vous donnera des conseils dès septembre, en matière de recherche de fonds.

  • Quels sont les avantages et les difficultés à être une association féminine et/ou féministe dans la démarche de recherche de fonds ?

 

“Défendre des causes féminines et féministes, c’est s’investir pour les droits des femmes et leur intégration harmonieuse dans la société. Le fait que cela puisse être perçu par certains comme une action militante peut être un frein à la recherche de fonds pour certains types de donateurs ou de bailleurs. Il est important de savoir à qui envoyer quel type de dossiers, et comment faire passer un message qui correspond à la personne qui lit le dossier. Par exemple, certaines actions à destination des femmes peuvent être intéressantes pour des entreprises qui veulent communiquer sur ce thème. Et certaines actions à destination des femmes concernent également la santé et la sécurité de leurs enfants, thème qui intéresse de nombreux donateurs.”

  • Quels types de services proposez-vous?

 

« Nous proposons une consultation gratuite pour les associations qui leur permet d’obtenir un premier diagnostic sur leur situation et leurs défis, et une orientation sur des solutions adéquates. Nous proposons également des prestations de coaching et de recherche de fonds (sur dossier). »

  • Auriez-vous un conseil à donner aux associations, notamment à nos associations membres en ce qui concerne la recherche de fonds ?

 

« Il devient de plus en plus nécessaire pour les associations de développer leur autofinancement, mais aussi d’évaluer leurs projets et de faire un retour argumenté de leur effet sur le terrain auprès des bailleurs. Ceci peut nécessiter de nouvelles compétences pour développer et pérenniser les associations. Une des options est de se tourner vers l’entrepreneuriat social, et d’appréhender des outils tels que le « business model » qui viennent du monde de l’entrepreneuriat. »

 

 

Maestro/ Maestra

clafg-geneve-maestraclafg-geneve-programme

LIVRES POUR ENFANTS


ANNA, MARIE-MELIE, GERMAINE ET MICHÉE : LES DAMES DE GENEVE

 

Capture d’écran 2015-03-31 à 13.57.18Capture d’écran 2015-03-31 à 14.00.07Capture d’écran 2015-03-31 à 14.00.55Capture d’écran 2015-03-31 à 13.52.46

 

 

 

 

 

 

 

Dans le cadre du bicentenaire de l’entrée de Genève dans la Confédération suisse, la publication d’une série récente de livres pour enfants permet d’évoquer l’histoire de la région par le biais de 4 femmes d’origines très différentes: Anna Eynard-Lullin, Marie-Mélie Beuda, Germaine De Staël et Michée Chauderon.

Une manière agréable d’aborder l’histoire et de montrer aux enfants des personnalités que nous avons moins l’habitude de lire. Si vous le souhaitez, venez retrouver leurs auteures au Salon du livreelles animeront un atelier pour les enfants le vendredi 1er mai de 10h à 11h. Inscriptions à joanna@lajoiedelire.ch ou 022.807 33 99.
De plus, vous aurez le plaisir de les rencontrer pour des séances de dédicace le vendredi 1er mai de 11h à 12h30 et le dimanche 3 mai de 11h à 13h.

 

Pour mieux comprendre, le CLAFG a rencontré l’auteure :

.


 

 

Capture d’écran 2015-03-31 à 13.57.18

Marie-Mélie est née au début du XIXe siècle à Genève. Fille de femme de chambre d’une riche famille bourgeoise de la ville, elle a néanmoins reçu une instruction qui lui permet de tenir son journal où elle décrit les faits marquants de son époque : la ville sens dessus dessous en 1814 suite au départ des français et l’arrivée de l’armée autrichienne ; la déclaration d’Indépendance de la République, la joie de voir le débarquement des Suisses au Port Noir ; enfin les longues mois d’incertitude quant à l’avenir de Genève et ses frontières.

Bien plus qu’une simple fresque historique, le journal de Marie-Mélie offre un aperçu des peurs, des espoirs et des incompréhensions des petits gens – et surtout des enfants – en des temps troublés.

 

 

 

 


 

 

Capture d’écran 2015-03-31 à 14.00.07

 

Printemps 1652. Sur la plaine de Plainpalais une foule est rassemblée pour assister à l’exécution de Michée Chauderon, cruel épilogue d’un procès en sorcellerie. D’origine savoyarde, Michée quitte la vie paysanne pour venir travailler à Genève, comme servante, puis comme lavandière.

Elle perd son unique enfant et son compagnon dans des épidémies de peste. Si bien qu’à l’âge de 44 ans, elle se retrouve seule. Depuis sa jeunesse, elle a appris à connaître les vertus des plantes et à confectionner des remèdes pour son entourage. De son savoir naît une rumeur, de la rumeur vient une dispute, puis un procès… Michée Chauderon est la dernière femme à avoir été exécutée pour sorcellerie à Genève.

 

 

 

 


 

Capture d’écran 2015-03-31 à 14.00.55

Genevoise par son père, le financier Jacques Necker, c’est à Paris que Germaine de Staël forge son caractère indépendant, en assistant déjà petite au salon de sa mère, qui reçoit philosophes, écrivains et savants chez elle.

Mariée à l’âge de19 ans au Baron Eric-Magnus de Staël-Holstein, ambassadeur de Suède à Paris, elle aura de nombreux amants et 5 enfants. Favorable à la Révolution Française, ballottée entre la France et Coppet, cette femme libre et d’esprit rebelle va traverser la Terreur, être interdite de sol français par Napoléon, écrire lettres, pièces, essais politiques et romans et côtoyer les plus grands esprits de son temps.

 

 

 


 

 

CLAFG-geneve-culture

Printemps 1652. Sur la plaine de Plainpalais une foule est rassemblée pour assister à l’exécution de Michée Chauderon, cruel épilogue d’un procès en sorcellerie. D’origine savoyarde, Michée quitte la vie paysanne pour venir travailler à Genève, comme servante, puis comme lavandière. Elle perd son unique enfant et son compagnon dans des épidémies de peste. Si bien qu’à l’âge de 44 ans, elle se retrouve seule. Depuis sa jeunesse, elle a appris à connaître les vertus des plantes et à confectionner des remèdes pour son entourage. De son savoir naît une rumeur, de la rumeur vient une dispute, puis un procès… Michée Chauderon est la dernière femme à avoir été exécutée pour sorcellerie à Genève.