• CLAFG : LE CHOEUR DES ASSOCIATIONS DE FEMMES

Edito

Questionnement sur nos choix en tant que femmes…

Il me plaît d’observer les annonces publicitaires qui rivalisent d’ingéniosité pour satisfaire les clients et les clientes. Que ce soit dans l’industrie alimentaire, dans la mode vestimentaire, dans l’offre éducative ou dans bien d’autres domaines, la variété des offres tendent à garantir une possibilité de choix aux consommateurs. Cette idée de choix, sans équivoque rime avec l’idée de liberté qui à son tour fait appel à des critères de convenance. La variété de proposition existant sur le marché veut satisfaire au maximum les exigences du plus grand nombre d’utilisatreurs-trices. La satisfaction personnelle est après tout le critère clé qui guide et oriente le choix pour un bien ou service plutôt que pour un autre.

Cependant, au regard des statistiques alarmantes concernant les violences faites aux femmes, et surtout après les récents évènements médiatiques, il me paraît utile et important de se poser les questions suivantes : la liberté de choix serait-elle seulement destinée à certains domaines de la vie et pas à d’autres ? Pourquoi le non choix d’une option donnée engendre- t-il des conséquences graves pour les femmes ? Y aurait-il des limites tacites imposées aux femmes lorsqu’il s’agit de faire des choix, surtout les choix les plus intimes ?

En effet, malgré l’existence de multiples filières éducatives officiellement réservées à tous, l’expérience a prouvé que les filles sont admises dans des filières spécifiques au détriment de celles dites « réservées aux hommes ». Est-ce vraiment leur choix ou le fruit d’un détournement subtil de leur intérêt pour ces filières par une inculcation de la volonté d’autrui ? De même le nombre de femmes représentées dans les postes de décisions politiques comparé à celui des hommes est frappant. Pourtant les femmes, tout comme les hommes, ont le droit d’être élues.

Est-il possible de choisir son style vestimentaire, ses lieux de fréquentations sans être victime d’agression sexiste de tous genres comme cela a été le cas en vieille ville au courant du mois d’aout à Genève ? Une fille peut-elle refuser des propositions qu’elle juge indécentes sans représailles violentes ?

Ai-je vraiment le choix de revendiquer mon choix ? ou au contraire dois-je me conformer au choix de l’autre ou me résigner à vivre dans la peur ?

Il est clair qu’il existe un déséquilibre dans l’expression des libertés qui existent pour les hommes et les femmes. La contradiction qui existe entre la multiplicité de choix de consommation matérielle d’une part, et les limites dans l’expression des droits humains d’autre part, doivent interpeller sur les priorités de notre génération. Si l’idée de choix dans les habitudes de consommation est bien acceptée et encouragée, pourquoi n’en serait-il pas de même pour les choix des femmes dans d’autres sphères ? Il y a alors urgence que la balance soit rétablie pour un respect des droits fondamentaux des femmes aussi.

Larissa BAMBARA
Présidente du CLAFG

La porte vers une année féministe est ouverte !

Depuis 37 ans, la constitution suisse est favorable à un salaire égal pour un travail égal. Malgré cette acceptation de la loi sur l’égalité des sexes, l’amère constat est que l’égalité dans plusieurs domaines reste quand même un luxe hors de la portée des femmes. Pour un poste de travail égal, les femmes perçoivent en moyenne 600 CHF en moyenne en moins que les hommes. Les conseils d’administration des entreprises étatiques comptent 16% de femmes et ce taux diminue à 6% pour les postes de prise de décision. Le nombre de filles qui choisissent des filières scientifiques est clairement en deçà de celui des garçons, dû à des représentations de genre perpétrées au sein du système éducatif. Disons de manière franche que la réalité quotidienne nous amène à nous poser la vraie question : Où en est-on avec l’égalité ? Pourquoi existe-il toujours des discriminations sur la base du seul fait d’être femme ? que faut-il faire de plus pour que les textes soient appliqués ? Pourquoi des sanctions ne sont-elles pas prises ? A quand l’égalité réelle ?

Le jeudi 14 juin, le conseil national suisse a voté la loi qui instaure des quotas pour les entreprises cotées en bourse. Au moins 30% de femmes dans les conseils d’administration et 20% dans les directions. Défendue par certains et critiquée par d’autre, l’instauration des quotas divise les opinions, même au sein des femmes elles- mêmes. D’une part il y’a celles qui défendent le point de vue selon lequel il n’est nul besoin d’instaurer des quotas pour équilibrer la présence de femmes dans les instances décisionnelles, car selon elles ce déséquilibre serait en phase de rétablissement progressif. D’autre part, le camp de celles qui pensent que ce déséquilibre a assez duré et qu’il est temps de lui donner un coup de pouce en imposant une présence féminine à travers des quotas. Ces deux positions se sont côtoyées jusqu’au dernier moment ce jeudi 14 juin au conseil national, lorsque la loi sur les quotas l’a emporté à une seule voix. C’est bien une seule voix qui a fait la différence. La différence d’accès ou de non accès des femmes à des instances décisionnelles Suisse. Une seule voix…mais une voix qui compte, qui résonne et quoi pèse de tout son poids car elle marque la différence entre un avant et un après quant au pouvoir décisionnel des femmes en Suisse. C’est une voix grâce à laquelle les conditions de travail de plusieurs femmes vont changer.

Du même coup, cette humble voix vient nous rappeler que chaque voix, aussi petite soit-elle, compte et peut faire la différence, surtout lorsqu’il s’agit de changer des conditions de vie ; que chaque voix n’a rien à perdre en se faisant entendre, sinon que tout à gagner ; que chaque voix peut se transformer en la voix qui fait la différence et permet de tourner la page d’une époque. Osons y croire, cette petite voix a ouvert un portail sur une année d’appropriation de la loi sur l’égalité des sexes en Suisse.

Le 14 et 15 juin 2019, le Festival Plaine d’égalité et la Grève féministe vont prendront place afin de transformer l’écho de toutes ces petites voix en un bruit assourdissant. N’oublions pas que chaque voix compte. Venez donc donner de la voix !

  Larissa Bambara
Présidente du CLAFG

Le CLAFG

Coaching/Conseil en gestion d’entreprise

Madame Angela Fratila offre de manière bénévole une permanence aux membres du CLAFG : Questions ponctuelles sur la gestion d’entreprise, Partage de difficultés rencontrées pour la recherche de solutions, Trouver ou confirmer des idées   avant de s’engager dans une certaine démarche (business plan, gestion de ventes, gestion financière, communication, développement, gestion personnel). Dates : les 2ème et 4ème mardi […]

Votations politiques du 15 avril 2018: candidates au Grand Conseil

Vous trouverez les candidates au Grand Conseil de différents partis politiques sur l’onglet Actualités- politique

Agenda

septembre

26sept18:30- 20:30Table ronde: "Des Femmes qui s'engagent pour une planète viable et vivable"événement organisé par le CLAFG et L'association GRaine De Baobab

26sept18:30- 20:30Sortie du livre "Petit Baobab Deviendra Grand"Présentation lors de la table ronde organisée par le CLAFG

27sept19:30Conférence œcuménique des Eglises : ses enjeux et ses liens avec la Genève InternationaleConférence organisée par le Lycéum Club

27sept19:30"Le Conseil œcuménique des Églises : ses enjeux et ses liens avec la Genève internationale"conférence organisée par le lycéum club de Genève

27sept19:15Invitation: Changez avec nous les #EF2019 Alliance F - la voix politique des femmes en suisse

27sept18:45Vernissage "Des femmes dans l'Art", une BD de Muriel BrosExposition à la Bibliothèque Filigrane

27sept19:00Soirée LWorkOrganisé par l'association Lestime

27sept08:30- 12:3016e forum violences domestiquesLes violences dans les relations amoureuses chez les jeunes : Des représentations à la prévention

28sept20:00Ciné-club de LestimeLe bal des chattes sauvages

3sept - 17décsept 319:00déc 17Atelier théâtre de Lestimeidentité LGBTQ en jeu

octobre

5oct19:00Récital de Piano, Cécilia SoriaOrganisé par le Lyceum Club International

8oct18:30- 20:00Speed BouquineOrganisé par la Bibliothèque Filigrane

11oct19:30Récital au Lyceum Club InternationalAnna MINTEN au violoncelle et Natacha ROQUE ALSINA au piano

3sept - 17décsept 319:00déc 17Atelier théâtre de Lestimeidentité LGBTQ en jeu

novembre

3sept - 17décsept 319:00déc 17Atelier théâtre de Lestimeidentité LGBTQ en jeu