Lisa Mazzone : Candidate pour les Vert.e.s genevois.es au Conseil national et au Conseil des États

image_pdf

Lisa Mazzone

Nom et prénom :          Mazzone Lisa

Age :                                  31 ans               

Situation familiale :        En couple avec un enfant

Langue(s) parlée(s) :      Français, allemand, italien moins régulièrement

Formations :                    Formation universitaire en lettres, littératures française et latine

Activités actuelles :        Conseillère nationale, vice-présidente des Vert-e-s suisses, Présidente de l’Association transports et environnement (ATE) section Genève et vice-présidente de l’ATE suisse, coprésidente de la Fédération suisse du service civil (CIVIVA), présidente de la Société pour les peuples menacés

Site personnel :               www.lisamazzone.ch

Quels ont été vos mandats politiques jusqu’ici?

Conseillère municipale au Grand-Saconnex (2011-2013), Députée au Grand Conseil genevois (2013-2015), Conseillère nationale (2015-2019)

De quelles Commissions  politiques faites-vous partie ?

Commission des affaires juridiques et commission de la politique de sécurité du Conseil national

Quels ont été vos engagements associatifs jusqu’ici ?

Voir « activités actuelles ». Engagements associatifs actuels et antérieurs listés sur mon site internet : http://lisamazzone.ch/portrait/. J’ai notamment débuté mon engagement au sein de l’association PRO VELO Genève, où j’ai travaillé durant cinq ans.

Représentez-vous votre parti dans des conseils d’administrations, des fondations… et si oui, lesquels?

Non, nous évitons dans la mesure du possible les doubles mandats au sein des Vert-e-s.

Si vous êtes élue, quelles seront vos engagements pour l’égalité hommes-femmes ?

L’égalité est une priorité, nous ne devons pas transmettre les discriminations aux générations futures, il est plus que temps d’y mettre fin. Je continuerai donc de m’engager avec conviction pour :
– l’égalité salariale avec des sanctions garantissant son respect ainsi que la transparence des salaires
– un véritable congé parental à la norvégienne comprenant une partie réservée à la mère, une autre réservée au père et une partie à se partager dans le couple
– le soutien et le développement des places de crèche
– une meilleure protection des femmes pour conserver leur emploi pendant leur grossesse et à l’arrivée d’un enfant
– la représentation équilibrée au sein des organes décisionnels par l’introduction de quotas (en politique et dans l’économie)
– des retraites dignes et prenant en compte la contribution considérable des femmes à la société par le travail du care
– une baisse du temps de travail pour un meilleur partage des tâches et une revalorisation du travail du care
– la lutte contre tout type de harcèlement et les violences domestiques
– une éducation qui développe l’autodétermination et l’apprentissage de la notion de consentement
– la mise en œuvre de la Convention d’Istanbul et une meilleure protection juridique pour les femmes qui subissent des violences domestiques, quel que soit leur statut migratoire
– l’intensification de la lutte contre la traite et l’esclavage moderne et l’introduction d’une norme pénale condamnant l’exploitation du travail que subissent de nombreuses femmes sans statut légal