Isabelle Pasquier-Eichenberger : Candidate pour les Vert.e.s Genevois.es au Conseil National

image_pdf

Isabelle Pasquier-Eichenberger

Nom et prénom :  Pasquier-Eichenberger Isabelle

Age :  46 ans

Situation familiale :   Divorcée, deux filles de 14 et 16 ans

Langue(s) parlée(s) : 

  •  Français (langue maternelle)
  •  Anglais et allemande (très bonne connaissances)

Formations : 

  • Licence en géographie, Uni GE (1993 – 1997)
  • Diplôme en écologie et sciences de l’environnement, Formation continue Uni NE (1999 – 2002)
  • Diplôme en administration publique, Formation continue Uni GE (2006 – 2008)

Activités actuelles :  Coordinatrice romande à l’Initiative des Alpes (50%), Députée au Grand Conseil

Site personnel :  Non

Quels ont été vos mandats politiques jusqu’ici? Députée au Grand Conseil de Genève depuis 2018

De quelles Commissions politiques faites-vous partie ?

  • Présidente de la commission de l’Economie
  • Membre de la commission Agriculture et Environnement

Quels ont été vos engagements associatifs jusqu’ici ?

  • Membre du comité de l’ATE Genève (depuis 2019)
  • Membre de la commission Agriculture et Alimentation de la Fédération romande des Consommateurs (depuis le début des années 2000)
  • Réviseuse des comptes de l’association HOPE, organisation for people and education (depuis le début des années 2000)
  • Conseil d’établissement de l’école primaire Promenade-Dalphin ; membre puis coprésidente de l’association des parents d’élève de l’école Jacques-Dalphin (2008 – 2016)
  • Membre de diverses associations (Actares, Amis du cinéma Bio, Amnesty International, Bien naître, Camarada, FRC, Ecole Steiner, Helvetas, Pour la protection du climat, Pro Natura, Pro Vélo, Public Eye, Swissaid, etc.).

Représentez-vous votre parti dans des conseils d’administrations, des fondations… et si oui, lesquels ? Non

Si vous êtes élue, quelles seront vos engagements pour l’égalité hommes-femmes ?

J’ai récemment défendu au Grand Conseil une motion (égalité salariale et soutien du BPEV) et une résolution (protection licenciement lors de congé maternité). Mes engagements seraient :

Renforcer les mesures pour améliorer la parité à tous les niveaux, en agissant dès l’enfance sur les modèles, la promotion des métiers MINT (scientifiques) ; avec des critères pour la nomination des postes, des commissions représentatives, etc.

Sur le marché du travail, renforcer l’égalité salariale (en abaissant le seuil des entreprises concernées et en instaurant contrôles et sanctions), l’égalité des chances et un meilleur accès aux postes à responsabilité (qui passe par l’aménagement des conditions de travail (job sharing…), la reconnaissance des acquis éducation des enfants ou proche aidant) notamment. Renforcer l’accès à la formation et le coaching par les paires, notamment pour les femmes migrantes.
Je m’engagerai pour un congé parental, qui permette à chaque famille de s’organiser selon ses choix.
Pour une politique familiale qui prenne en compte la diversité des modèles familiaux, avec une attention particulière aux famille monoparentale, une situation que je vis depuis plus de dix ans.

La possibilité d’agir dès la politique budgétaire (budget genré) devrait être étudiée, pour une prise en compte de l’impact des investissements en amont des politiques publiques et en aval (meilleur suivi).
En renforçant les moyens du bureau de l’égalité. En soutenant des campagnes d’information et de prévention.

Ceci en collaboration avec les organisations actives sur ces questions, cela va de soi.