INTERVIEW DE REBECCA MICHELOT

image_pdf

Interview de Rébecca Michelot

Gemmologue, Directrice de Synapsia

 

Une lumineuse interview de Rébecca Michelot, qui nous présente son point de vue sur l’entrepreneuriat au féminin dans un monde majoritairement masculin. Elle nous dévoile la trajectoire inhabituelle de sa carrière et partage avec sincérité les défis auxquels elle a été confrontée et comment elle les a traversés.

Être une femme Entrepreneure dans un monde réservé traditionnellement aux hommes :
comment percer le double plafond de verre ?

Comment vous définissez-vous professionnellement ? Qui êtes vous ? En quoi consistent vos différentes missions ?

Je suis une femme entrepreneur depuis 10 ans. A la tête de Synapsia, entreprise spécialisée dans le conseil en investissements durables, plus spécialement dans les pierres précieuses, rubis, saphir, émeraude et diamants. Je crée également des pièces de joaillerie sur-mesure pour les clients. Je préside également la section romande de la Société Suisse de Gemmologie et le GIA Alumni Switzerland pour lesquels j’organise très régulièrement de la formation continue, des conférences, des rencontres. Auparavant j’ai pratiqué plusieurs métiers à travers différentes industrie, le monde de l’aviation au sein du Groupe GateGourmet, puis œuvré en levée de fonds grands donateurs pour le WWF International pendant 10 ans et puis en charge du développement du département gestion de fortune pour une entreprise de gestion de caisses de pensions qui désirait développer sa gestion de fortune privée et la finance responsable.

Qu’est-ce qui vous a motivée à faire ce métier ?
J’ai toujours été passionnée par les pierres, mais ne venant pas de ce milieu-là, je ne m’étais pas imaginée pouvoir un jour y travailler. C’est la rencontre avec des gemmologues qui souhaitaient établir une collaboration plus étroite avec l’entreprise de gestion de fortune pour laquelle je travaillais qui m’ont fait découvrir ce milieu plus de l’intérieur.

Quel est le plus grand défi que vous avez relevé et quelles ressources avez-vous utilisé  pour le mener à bout?
Changer totalement de vie professionnelle, passer du ‘confort’ d’un bon salaire comme directrice de gestion privée à entrepreneuse à son compte, tout en changeant en même temps de secteur d’activités- donc de se former –  était un défi de grande taille!
Ma première ressource est la détermination. Une fois la décision prise, j’avance je m’immerge pleinement dans le nouveau champ d’activité et m’investit totalement. Sachant pertinemment qu’il y aura des hauts et des bas et quelques fois souvent des bas, je reste toujours optimiste, et ne me décourage pas facilement.

Quelles questions vous n’aimez pas qu’on vous pose en tant que femme professionnelle et pourquoi ?

Aucune je crois. Je n’aime pas les tabous. Autant aborder les sujets difficiles et en parler, éclairer les points où demeurent des zones d’ombre.

Quel impact souhaitez-vous avoir dans votre monde professionnel ? Quel changement voulez-vous réaliser ?

Je souhaite mettre l’épaule à la charrue des femmes professionnelles, un des outils que j’ai trouvé utile ces dernières années et d’avoir pris la présidence du BPW Lake Geneva durant quatre ans. Un des 40 clubs BPW présents en Suisse. L’association des Business and Professional Women Suisse – BPW Switzerland – défend les intérêts des femmes actives dans le but d’améliorer la participation économique et politique des femmes. C’est la plus grande association de femmes d’affaires au monde. J’ai été heureuse d’avoir pu y contribuer de façon significative. Je suis bien sûr toujours une membre active à ce jour.

Qu’est-ce qui vous fait avancer dans les moments difficiles?
Ma foi en Dieu. Le soutien de mon mari, les échanges avec ma famille, mes amis. La musique, le plaisir de jouer du piano, la joie d’avoir deux chiens toujours joyeux qu’il faut aller promener peu importe la météo, se ressourcer en randonnant en montagne.

Comment traversez-vous vos pires moments?
Idem et relativiser les difficultés rencontrées, les diluer dans le temps, faire un ‘zoom out’, avoir une vision ‘hélicoptère’, me visualiser dans mon bureau, puis de plus haut dans ma ville, puis de plus haut dans mon pays en paix, magnifique, etc. Et réaliser très rapidement que j’ai une chance inouïe de vivre là où je suis, dans ce pays où les droits des humains, des femmes ne sont pas constamment bafoués.

Qu’est-ce qui est le plus important pour vous et pourquoi à ce stade de votre vie?
Avec cette année folle écoulée, cette pandémie, réaliser encore davantage que notre bien le plus précieux est la santé, les gens qu’on aime et qui nous aiment et que c’est un luxe incroyable de pouvoir faire un boulot pour lequel on est passionné.

Qu’avez-vous appris de vos plus grands flops?
Que les difficultés ont un délai d’expiration. La roue tourne. Demain les choses iront mieux. Il ne faut jamais désespérer.

Qu’est-ce qui vous empêche de dormir la nuit?
Mes relations aux autres. Si je me rends compte qu’un échange a mal tourné, j’analyse sans fin ce que j’aurais dû faire de différent, dire de différent. J’ai un peu de peine à lâcher prise. La paix, l’authenticité dans les relations, c’est ce que je trouve de plus importante.

Quels sont les 3 conseils que vous souhaitez donner aux femmes entrepreneures / ou qui souhaitent briser le double Plafond de Verre / métier masculin.

Arriver à être assez en paix avec soi pour oser être femme et femme professionnelle, joyeuse d’être là et d’occuper le terrain. Fermer ses oreilles aux critiques. Ne prendre garde qu’aux conseils bienveillants.

Quel message souhaitez-vous transmettre aux femmes professionnelles ?
Bien se préparer, être formée, compétente, de façon à se sentir légitimée.

 

 

Contact : https://synapsia.ch/fr