image_pdf

Compositrices d’aujourd’hui

flyer-compositrices-d-aujourd-huiflyer-compositrices-d-aujourd-hui2

 

Pour clôturer l’année 2016, durant laquelle le vingtième anniversaire de l’entrée en vigueur de la loi fédérale sur l’égalité entre femmes et hommes (LEg) a été mis en valeur, le BPEV organise un concert tenu le vendredi 16 décembre 2016 à 20h, à la Haute Ecole de Musique de Genève (grande salle du conservatoire, Place Neuve).

 

 

Ce projet, mené en partenariat avec la HEM, veut mettre en avant les actions des femmes cheffes d’orchestre ou compositrices dans l’univers de la musique. En effet, comme beaucoup de milieux artistiques, celui-ci est majoritairement régi par des hommes – dont les noms peinent en général moins à émerger. Pourtant, par leur investissement et la qualité de leur travail artistique, ces femmes compositrices tendent à faire changer les choses et à réduire les inégalités de genre.

 

 

Pour plus d’informations, cliquer sur ce lien.

Le Prix genre 2017 est lancé!

flyerprix2016_unigeflyerprix2016_unige2

 

Les ouvertures aux candidatures pour le Prix Genre 2017 sont ouvertes et le seront jusqu’au 15 mars 2017. Le CLAFG soutient vivement cette entreprise et souhaite beaucoup de succès pour cette deuxième édition !

En bref:

Le service égalité de l’Université de Genève organise sa deuxième édition du Prix Genre. Ce prix récompense un travail universitaire fait dans le cadre d’un bachelor ou master à l’UNIGE et s’inscrivant dans le champ des études genre.

En effet, le genre n’est pas une discipline, mais un prisme à travers lequel les réalités peuvent être observées; il permet d’analyser les constructions sociales liées aux sexes et les rapports de domination induits par elles.

Partagez l’information auprès de vos ami-e-s étudiant-e-s UNIGE et encouragez les candidatures!

Pour plus d’informations, rendez-vous ici.

Période des bilans

La fin de l’année approche et avec elle, la période des bilans.

Qui dit “bilan” dit “mettre sur la balance” afin de mesurer les différents défis auxquels nous avons fait face pendant l’année qui s’écoule.

Comment mesurons-nous les défis?

Par leur degré de difficulté? Par leur degré de pertinence vis-à-vis du moment où ils se présentent? Par le degré d’apprentissage qu’ils nous font bénéficier?

Quoi qu’il en soit, il existe des multiples façons de mesurer nos défis. A chacune et chacun la sienne.

En tout cas, les défis se manifestent toujours dans un contexte, qu’il est important de considérer, à mon avis, lors d’un bilan.

Vue d’ensemble

Pour faire honneur à notre ami Einstein, la relativité est, à mon sens, un bon recours pour rendre fluide l’apprentissage qui nous est révélé par un défi en particulier.

Relativiser nous permet aussi de dépasser des réponses binaires à des questionnements qui se veulent largement complexes, en faisant appel aux présupposés d’Edgar Morin.

Ceci revêt d’une importance inouïe , puisque nos associations féminines et féministes sont bien de fois confrontées à des défis complexes, pour lesquels, les réponses binaires et dichotomiques seraient réductionnistes et peu inspirantes.

De quoi développer donc des stratégies inclusives qui s’inspirent du dépassement de la dichotomie par la pensée complexe, comme l’entend Edgar Morin.

Soirée cocktail de réseautage

Le 28 novembre le CLAFG a invité toutes ses membres, individuelles et associatives, à se rencontrer autour d’un cocktail de réseautage.

La soirée fut un franc succès.

Des femmes de divers horizons se sont rencontrées, faisant appel à la synergie et à la complémentarité.

Nous sommes en recherche et cette quête s’inscrit dans chacune des activités que présentent les membres associatives et individuelles.

En nous associant nous pouvons dépasser plus facilement les “contrées dichotomiques”, dans la recherche d’égalité afin de soutenir la cause féministe et féminine.

Je vous souhaite dans cette période de bilan, un esprit bienveillant et accueillant de “ce qui est toujours neuf” à l’intérieur de vous en faisant appel à tous les facteurs protecteurs de résilience, à savoir: l’estime de soi, la solidarité, la créativité, les valeurs, la pensée critique, l’humour, entre autres.

L’équipe du CLAFG et moi-même vous souhaitons d’ excellentes fêtes de fin d’année ainsi qu’une année 2017 radieuse, prospère et riche en synergies communes.

Avec mes meilleurs vœux,

Stéphanie Metzger del Campo,

Présidente CLAFG

Biennale du genre

 

affiche-biennale-du-genre-2016

ELLE ÉTAIT UNE FOIS …
“Deux ans après le succès de la Quinzaine de l’égalité, la Biennale du genre relève le défi de réunir une nouvelle fois acteurs et actrices du monde associatif, de la culture et le grand public.
Les organisations partenaires ont élaboré le contenu de cette biennale en se basant sur des inquiétudes et des réflexions sur la prégnance des violences de genre dans la société et ont souhaité continuer à utiliser l’art comme outil de médiation pour redessiner les contours d’une société plus progressiste et respectueuse.
Cette édition se consacre ainsi à la prévention et 
au questionnement des violences sexuelles et sexistes.
Au programme: des spectacles, des conférences et des tables rondes pour un large public ainsi que des ateliers/formations à l’intention des professionnel-le-s et du public scolaire.
Cette biennale devrait permettre à chacune et chacun de trouver matière à nourrir sa réflexion.
Cette manifestation est un projet du Bureau de
la promotion de l’égalité entre femmes et hommes et de prévention des violences domestiques-BPEV (République et canton de Genève), du Service égalité de l’Université de Genève, de la Commission égalité de l’enseignement secondaire II (DIP) et du Théâtre du Grütli.”

 

Le CLAFG soutient vivement cette manifestation et vous invite à vous rendre sur leur site pour consulter le programme complet.

Education

Education: outil d’émancipation

L’éducation nous donne un accès vers le savoir – savoir qui se transforme en connaissance grâce à une curiosité intégrale sur la vision du monde.

Les paradigmes évoluent et les dogmes se dépassent grâce à l’éducation.

Avoir accès à l’éducation n’est pas un acquis pour des millions de femmes sur notre planète.

Or, l’éducation comme outil d’émancipation est une nécessité pour chacune des femmes qui peuple cette terre.
Défendre le droit à l’éducation est un noble et légitime combat pour la cause des femmes.

Une fille à l’école, qui ose choisir sa filière au-delà des stéréotypes attendus, sera plus tard une femme émancipée et active dans la vie citoyenne.

 

Valeurs de l’étude

L’étude requiert de la persévérance, de la patience, de la rigueur, de l’innovation, de la créativité et surtout de beaucoup de courage. Cultivons ces valeurs en leur donnant une place tant dans l’espace formel qu’informel.
L’éducation est un processus qui s’accomplit en plusieurs étapes.

Soyons facilitatrices de ces étapes en donnant à nos jeunes les outils nécessaires pour construire leurs bases de connaissances à partir desquelles elles pourront bâtir la cité de demain.

Les générations futures connaissantes seront à leur tour transmetteurs de « savoir-faire » et de « savoir-être » pour celles qui les succéderont.
L’éducation comme outil « d’empowerement” cultive le « pouvoir-du-dedans » comme dirait Starhawk et ceci est un grand pilier de résilience puisqu’elle agit comme facteur de protection.

Etudier n’a pas d’âge

A tout âge une femme peut étudier. Même de façon autodidacte elle peut s’intéresser vivement à la connaissance sur certains sujets et être une passionnée de l’étude.

Etudier est également une discipline qui amène un rempart aux souffrances.

L’étude comme pratique existentielle est porteuse d’une attitude de compromis avec la vie.

Prix d’Excellence

Education pour toutes, telle est la devise de l’Association Genevoise de Femmes Diplômées des Universités qui promeut l’éducation des femmes ainsi que leur statut professionnel.

Fidèle à sa tradition, l’AGFDU a organisé l’édition 2016 de son Prix d’Excellence. Ce prix est attribué à un projet de thèse prometteur et cette année le Jury a choisi sa lauréate en la personne de Line Probst du Département des Sciences de la terre de la Faculté des Sciences de l’Université de Genève, pour son travail ayant pour titre « L’Architecture des Réservoirs Magmatiques », développé sous la supervision du Professeur Luca Caricchi de la Faculté des Sciences.
Nos sincères félicitations,

Stéphanie Metzger del Campo

Présidente CLAFG