image_pdf

ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 18 JUIN 2020 A 19H

Chères et chers membres du CLAFG,

Nous espérons que vous allez au mieux dans cette période si particulière.
Afin de pallier à l’annulation de son Assemblée générale ordinaire initialement prévue le 19 mars, Le CLAFG vous invite le 18 juin 2020 de19h à 21h (lieu à définir).

A l’ordre du jour:

  1. Mot de bienvenue
  2. Nomination des scrutatrices
  3. Approbation du procès-verbal de la dernière AG ordinaire
  4. Acceptation de l’ordre du jour
  5. Rapport d’activités de 2019
  6. Rapport de la trésorière : comptes 2019 et budget 2020
  7. Rapport des vérificatrices des comptes
  8. Discussion et approbation des rapports – décharge au comité
  9. Election des vérificatrices des comptes, des membres du comité et de la présidente
  10. Le CLAFG en 2021
  11. Divers

Nous vous prions de confirmer votre participation avant le 10 juin 2020 à contact@clafg.ch afin que nous puissions vous informer du lieu choisi ou vous transmettre les infos nécessaires à une vidéo conférence.

Nous vous rappelons aussi que nous recherchons une présidente et des membres du comité. En effet, sans comité, pas de CLAFG. N’hésitez pas à nous faire parvenir vos candidatures d’ici le 10 juin par mail à contact@clafg.ch

Nous vous remercions pour votre engagement et dans l’attente de vous voir nombreux-ses, veuillez recevoir, chères et chers membres, nos salutations les meilleures.

Votation populaire du 9 février 2020 – Le CLAFG soutient l’interdiction de la discrimination en raison de l’orientation sexuelle

Le CLAFG soutient l’interdiction de la discrimination en raison de l’orientation sexuelle et vous invite à lire la pris de position du Conseil d’Etat qui recommande également de voter oui.

Le 9 février prochain, le peuple se prononcera sur l’objet “Discrimination et incitation à la haine en raison de l’orientation sexuelle”. Cette votation propose de modifier la disposition du code pénal et du code pénal militaire relative à la protection contre la discrimination raciale afin de l’étendre à la discrimination basée sur l’orientation sexuelle. Le Conseil d’Etat genevois est favorable à cette modification et recommande de voter oui.

Aujourd’hui, les incitations publiques à la haine et à la discrimination des personnes homosexuelles ne peuvent pas être punies. L’objet soumis à votation propose de changer cela et d’étendre la protection existante du code pénal luttant contre la discrimination raciale, ethnique ou religieuse à la discrimination basée sur l’orientation sexuelle. Ainsi, les personnes qui subissent une atteinte à la dignité humaine en raison de leur homosexualité, hétérosexualité ou bisexualité seront elles aussi protégées.Le Conseil fédéral et le parlement ont pris position en faveur de cet objet avec comme argument le fait que “nul ne doit être discriminé en raison de son homosexualité, de son hétérosexualité ou de sa bisexualité: ce principe fait partie des droits fondamentaux garantis par la Constitution fédérale. Pour le Conseil fédéral et le parlement, l’élargissement du champ d’application de la norme pénale renforce la protection contre la discrimination sans violer la liberté d’expression”.

Cette nouvelle disposition n’empêchera personne d’exprimer son opinion, mais réprimera toute haine ou appel à la violence contre les personnes homosexuelles ou bisexuelles.

Au niveau cantonal, la Constitution genevoise et celle de Zurich interdisent expressément les discriminations basées sur l’orientation sexuelle.

Plusieurs pays européens ont déjà adopté des dispositions pénales punissant les appels à la haine, à la violence ou à la discrimination en raison de l’orientation sexuelle. L’acceptation de cet objet fédéral apparaît particulièrement importante pour Genève en tant que siège de nombreuses organisations internationales et capitale des droits humains.

En prenant position clairement en faveur de cet objet fédéral, le Conseil d’Etat réaffirme sa détermination à renforcer une république fondée sur le respect des minorités et sur le principe d’égalité et de non-discrimination au sens de la Constitution genevoise, qui interdit formellement et explicitement toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle.