Jocelyne Haller : Candidate pour Ensemble à Gauche solidaritéS-DAL au Conseil National et au Conseil des Etats

image_pdf

Jocelyne Haller

Nom et prénom :  Jocelyne Haller         

Age :  65 ans                                  

Situation familiale :  Mariée

Langue(s) parlée(s) : Français, Allemand, Italien et Anglais

Formations : Assistante sociale          

Activités actuelles :      

  • Députée
  • Divers engagements associatifs
  • Membre du conseil d’administration de l’EMS Vessy
  • Membre du comité de l’OAS – Accompagnement des stagiaires

Site personnel : -.-

Quels ont été vos mandats politiques jusqu’ici ?

  • Députée au Grand conseil de 2001 à 2005
  • Membre de l’Assemblée Constituante de 2008 à 2012
  • Députée au Grand conseil depuis novembre 2013

De quelles Commissions politiques faites-vous partie ?

  • Commission de l’économie
  • Commission des affaires sociales
  • Commission de la santé

Quels ont été vos engagements associatifs jusqu’ici ?

  • Je suis membre de la coordination genevoise d’AvenirSocial, l’association suisse des travailleurs sociaux
  • Je suis membre du comité de l’Observatoire de l’aide sociale et de l’insertion (OASI)
  • Je suis syndiquée depuis de nombreuses années au syndicat UNIA.

Représentez-vous votre parti dans des conseils d’administrations, des fondations… et si oui, lesquels? -.-

Si vous êtes élue, quelles seront vos engagements pour l’égalité hommes-femmes ?

Je suis résolument engagée en faveur de l’égalité. C’est un principe premier à mes yeux.  Je suis convaincue qu’il est indispensable de réaliser au plus vite l’égalité salariale femme/homme, mais aussi travailler à ce que cette égalité se répercute dans tous les aspects de la vie : Travail, assurances sociales, charges ménagères et éducatives. Cela implique de formuler ou de soutenir toutes propositions allant dans ce sens. C’est ce que j’ai régulièrement effectué ces dernières années. Je continuerai évidemment.  Concrètement cela comprend :

  •  Une meilleure prise en compte des parcours de vie féminins par le système d’assurances sociales
  • Une application stricte de la loi sur l’égalité, en renforçant les contrôles et les sanctions en cas de non-respect
  • Création d’un observatoire et d’un plan de lutte contre les violences faites aux femmes ainsi qu’un soutien accru aux associations actives sur le terrain de l’aide aux victimes
  • Formation contre les stéréotypes de genre à l’école obligatoire
  • Mise en place d’un congé parental de 12 mois, dont 6 mois minimum pour le père afin de favoriser un meilleur partage des tâches et une transformation des rôles traditionnels.
  • etc