image_pdf

Jannick Frigenti Empana et Youniss Mussa,
Co-président.e.s Groupe Egalité Parti Socialiste Genevois (PSG)

Prise de position du Groupe Egalité Parti Socialiste Genevois

L’initiative dite « d’autodétermination » devrait plutôt s’appeler « d’autodestruction ». Elle est une attaque frontale de la part de l’UDC contre la protection des droits humains. Mais ils ne sont pas seuls à les attaquer : des pays et des dirigeant-e-s du monde entier sapent la protection internationale des droits humains pour leurs propres intérêts nationalistes et populistes. Les femmes sont bien souvent les premières victimes lorsque les droits fondamentaux sont attaqués. Aujourd’hui en particulier, un engagement fort de la Suisse (patrie de la croix rouge) en faveur de la protection des droits humains est plus important que jamais. Nous ne pouvons pas accepter que la Suisse se rapproche des États et dirigeants aux tendances totalitaires en matière de protection internationale des droits humains, et devenir ainsi une île en Europe.

Aujourd’hui, les droits humains garantis au niveau international protègent les citoyen-ne-s de l’arbitraire des États. Le droit international, et en particulier la Convention européenne des droits de ‘homme (CEDH), a permis à de nombreuses et nombreux citoyen-ne-s d’obtenir des avancées sociales importantes, notamment sur le droit de vote des femmes.

L‘« initiative pour l’autodétermination » de l‘UDC sabote la coexistence pacifique de toutes et tous. En créant régulièrement des problèmes là où il n’y en a pas pour la majorité des Suissesses et des Suisses, l’UDC utilise les instruments démocratiques à des fins de propagande, de diffamation et de désinformation. L’initiative constitue une attaque contre le droit, la démocratie et le respect.