image_pdf

Alliance F: La voix politique des femmes en Suisse

image_pdf

Depuis aujourd’hui, la Suisse compte deux nouvelles conseillères fédérales. C’est un jour heureux pour les femmes suisses et un jour heureux pour notre démocratie! Parce que nous avons beaucoup de retard à rattraper: avec Karin Keller-Sutter (PLR, SG) et Viola Amherd (PDC, VS), les conseillères fédérales numéro 8 et 9 ont été élues aujourd’hui pour la première fois dans les 170 ans d’histoire de la Suisse moderne. L’Alliance F veut faire en sorte qu’un plus grand nombre de femmes entrent en politique Nous voulons faire en sorte qu’un plus grand nombre de femmes entrent en politique à l’avenir.

Les femmes sont encore massivement sous-représentées dans la politique suisse: Il y a actuellement 7 femmes au Conseil des Etats et 60 femmes au Conseil national. Nous voulons changer cela.

Il y a deux mois, l’alliance F et l’Opération Libero ont lancé le projet « Helvetia appelle ». Les élections nationales sont prévues pour l’automne prochain – et nous voulons voir le plus grand nombre possible de femmes représentées au Parlement fédéral de Berne! Parce que: Une démocratie n’est bonne que si elle représente ses citoyennes et citoyens. Nous avons donc beaucoup de travail – et nous avons besoin de ton soutien.

Plus concrètement, nous voulons intéresser davantage de femmes à la politique, et les préparer à un mandat politique par le biais d’ateliers et de programmes de mentorat. Nous défendons l’accès des femmes aux places sur les listes des partis pour les élections de 2019 et publions dans une évaluation comment les partis cantonaux se situent dans cette compétition. Enfin, nous offrons aux candidates une plateforme en ligne afin d’augmenter leurs chances d’être élues.

Les candidatures des femmes doivent pouvoir être présentées en ligne sous leur meilleur jour et obtenir du soutien. Nous voulons augmenter les chances de succès des femmes et aider les candidates lors de l’élection. Soutiens-nous dans cette démarche.

Dans notre petite équipe efficace, nous travaillons tous les jours pour plus de femmes en politique! Nous avons déjà pu mettre des centaines de femmes en contact avec des partis politiques et les soutenir sur des questions spécifiques. Dans le même temps, nous discutons avec les sections cantonales des partis et nous leur demandons de veiller à ce que les femmes et les hommes aient accès à des listes offrant des places prometteuses équivalentes.

Mais pour atteindre nos objectifs, nous avons besoin de ton soutien: nous avons besoin d’un total de 365’000 francs pour mettre tout cela sur pied – nous avançons pas à pas: En premier lieu, il s’agit d’assurer le financement pour les mois à venir. Nous aideras-tu à entamer l’année électorale 2019 avec le meilleur et le plus d’élan possible?

Faire un don

Fin d’année sur une note d’espoir!

image_pdf

Voici le mois de décembre, le mois du bilan par excellence. Comme chaque fin d’année, cette pause de réflexion s’impose pour tirer les leçons apprises au cours de l’année qui s’achève et préserver les acquis.

Dans le domaine de la lutte en faveur de meilleures conditions pour les femmes, je puis me permettre d’affirmer qu’un niveau décisif dans la lutte pour l’égalité hommes- femmes a été atteint. Le regroupement de femmes au sein de deux grands projets prévus pour l’année 2019 : Les Bastions de l’égalité et la Grève Féministe ont été des moments marquants un mouvement en marche.  La mise en lumière de la relation existant entre développement durable et égalité hommes- femmes interpelle plus d’une conscience politique sur la nécessité d’avoir plus de femmes dans les organes politiques et de décision.

Dans la bataille pour l’égalité des salaires, une victoire a même été enregistrée.  Oui, une victoire !! aussi petite soit-elle, aussi mitigée soit-elle, reste une victoire quand même, car elle définit la frontière entre un « avant » et un « après ». Et dans la lutte pour l’égalité hommes- femmes, chaque étape compte car chaque étape change des vies et chaque vie compte.

L’année 2018 a également connu la naissance du projet de loi contre les violences sexistes. Ce projet de loi suivra son cours pour que désormais, les agresseurs puissent rendre des comptes aux victimes.  Les femmes revendiquent de plus en plus l’espace public car il est à tous ! les hommes se rangent de plus en plus du côté des femmes car la construction d’une société sans violences faites aux femmes passe aussi par l’engagement des hommes ! Une résolution pour 2 femmes au Conseil fédéral est signée sous l’égide de l’Alliance-F.

En résumé, les actions en faveur des femmes ont connu beaucoup de succès et de mobilisation, ce qui me porte à penser que le plus grand succès de cette année est le réveil et l’adhésion des femmes elles-mêmes aux causes qui les concernent. Les femmes sont bien parties pour se positionner car personne d’autre le fera à leur place. Cette année 2018 a gagné dans le rassemblement et dans l’unité des femmes.

À mon humble avis, les acquis de cette années 2018 peuvent ouvrir un chemin vers une société plus équitable pour tous. L’année 2019 pourrait être une année de concrétisation si la mobilisation féminine et féministe reste forte, unie et ferme.

Sur ces notes, je souhaite d’ores et déjà de très belles fêtes de fin d’année à toutes et tous !!

 

Larissa Bambara
Présidente du CLAFG

Retour sur la soirée de réseautage du CLAFG

image_pdf

« Je suis une femme professionnelle et comment je manage ma vie »?
C’est sur ce thème que Sonia Nocera nous a entretenu-e-s à travers une communication très dynamique et interpellante. Les participants-es ont appris des astuces et techniques pour réduire leur charge mentale, lâcher prise afin de retrouver une liberté en conformité avec leurs objectifs personnels.

 

Qui est Sonia Nocera ?

Par rapport au thème de sa communication, elle se définit en disant : « J’ai été moi-même acculée par toutes les tâches liées à mes diverses facettes de femme. Et par manque de confiance en moi, j’ai pris une route professionnelle toute tracée : des expériences dans des entreprises internationales et un poste de management. Après plusieurs frustrations et déceptions, j’ai décidé de démissionner. J’ai commencé à prendre le temps de vivre, j’ai appris à lâcher prise et à gérer mes émotions pour me sentir mieux.

Quand j’ai enfin compris que mon rôle est de faire rimer femme leader avec douceur, avec un peu de peur et beaucoup d’envie, je me suis lancée en tant qu’entrepreneur avec deux activités : d’une part le coaching et de l’autre l’enseignement de la Programmation Neuro-Linguistique (PNL)… »