image_pdf

Compositrices d’aujourd’hui

image_pdf

flyer-compositrices-d-aujourd-huiflyer-compositrices-d-aujourd-hui2

 

Pour clôturer l’année 2016, durant laquelle le vingtième anniversaire de l’entrée en vigueur de la loi fédérale sur l’égalité entre femmes et hommes (LEg) a été mis en valeur, le BPEV organise un concert tenu le vendredi 16 décembre 2016 à 20h, à la Haute Ecole de Musique de Genève (grande salle du conservatoire, Place Neuve).

 

 

Ce projet, mené en partenariat avec la HEM, veut mettre en avant les actions des femmes cheffes d’orchestre ou compositrices dans l’univers de la musique. En effet, comme beaucoup de milieux artistiques, celui-ci est majoritairement régi par des hommes – dont les noms peinent en général moins à émerger. Pourtant, par leur investissement et la qualité de leur travail artistique, ces femmes compositrices tendent à faire changer les choses et à réduire les inégalités de genre.

 

 

Pour plus d’informations, cliquer sur ce lien.

Le Prix genre 2017 est lancé!

image_pdf

flyerprix2016_unigeflyerprix2016_unige2

 

Les ouvertures aux candidatures pour le Prix Genre 2017 sont ouvertes et le seront jusqu’au 15 mars 2017. Le CLAFG soutient vivement cette entreprise et souhaite beaucoup de succès pour cette deuxième édition !

En bref:

Le service égalité de l’Université de Genève organise sa deuxième édition du Prix Genre. Ce prix récompense un travail universitaire fait dans le cadre d’un bachelor ou master à l’UNIGE et s’inscrivant dans le champ des études genre.

En effet, le genre n’est pas une discipline, mais un prisme à travers lequel les réalités peuvent être observées; il permet d’analyser les constructions sociales liées aux sexes et les rapports de domination induits par elles.

Partagez l’information auprès de vos ami-e-s étudiant-e-s UNIGE et encouragez les candidatures!

Pour plus d’informations, rendez-vous ici.

Période des bilans

image_pdf

La fin de l’année approche et avec elle, la période des bilans.

Qui dit « bilan » dit « mettre sur la balance » afin de mesurer les différents défis auxquels nous avons fait face pendant l’année qui s’écoule.

Comment mesurons-nous les défis?

Par leur degré de difficulté? Par leur degré de pertinence vis-à-vis du moment où ils se présentent? Par le degré d’apprentissage qu’ils nous font bénéficier?

Quoi qu’il en soit, il existe des multiples façons de mesurer nos défis. A chacune et chacun la sienne.

En tout cas, les défis se manifestent toujours dans un contexte, qu’il est important de considérer, à mon avis, lors d’un bilan.

Vue d’ensemble

Pour faire honneur à notre ami Einstein, la relativité est, à mon sens, un bon recours pour rendre fluide l’apprentissage qui nous est révélé par un défi en particulier.

Relativiser nous permet aussi de dépasser des réponses binaires à des questionnements qui se veulent largement complexes, en faisant appel aux présupposés d’Edgar Morin.

Ceci revêt d’une importance inouïe , puisque nos associations féminines et féministes sont bien de fois confrontées à des défis complexes, pour lesquels, les réponses binaires et dichotomiques seraient réductionnistes et peu inspirantes.

De quoi développer donc des stratégies inclusives qui s’inspirent du dépassement de la dichotomie par la pensée complexe, comme l’entend Edgar Morin.

Soirée cocktail de réseautage

Le 28 novembre le CLAFG a invité toutes ses membres, individuelles et associatives, à se rencontrer autour d’un cocktail de réseautage.

La soirée fut un franc succès.

Des femmes de divers horizons se sont rencontrées, faisant appel à la synergie et à la complémentarité.

Nous sommes en recherche et cette quête s’inscrit dans chacune des activités que présentent les membres associatives et individuelles.

En nous associant nous pouvons dépasser plus facilement les « contrées dichotomiques », dans la recherche d’égalité afin de soutenir la cause féministe et féminine.

Je vous souhaite dans cette période de bilan, un esprit bienveillant et accueillant de « ce qui est toujours neuf » à l’intérieur de vous en faisant appel à tous les facteurs protecteurs de résilience, à savoir: l’estime de soi, la solidarité, la créativité, les valeurs, la pensée critique, l’humour, entre autres.

L’équipe du CLAFG et moi-même vous souhaitons d’ excellentes fêtes de fin d’année ainsi qu’une année 2017 radieuse, prospère et riche en synergies communes.

Avec mes meilleurs vœux,

Stéphanie Metzger del Campo,

Présidente CLAFG