image_pdf

Edito avril 2015

image_pdf

Cette fois c’est parti! Le site est lancé, les échos qui nous parviennent sont hyper encourageants.

Remerciements

Un grand merci à l’équipe du comité qui a bien voulu se charger du site sous la direction avisée d’Alexandra Rys ainsi qu’à Anne-Christine Duss, d’Atelierssud pour sa disponibilité. Travailler avec une association de bénévoles, demande beaucoup d’efforts et de souplesse de la part de tous, de la flexibilité, une collaboration par courriels nocturnes et du fairplay de la part des enfants… Des améliorations sont encore prévues, nous avons du pain sur la planche, mais l’essentiel de notre reconstruction est achevé. La maison est sous toit. N’hésitez pas à jeter un œil sur notre site.

Faites-nous aussi part de vos remarques, corrections, suggestions. Nous travaillons pour vous, associations, nous sommes votre relais. La boîte est là, il faut maintenant la remplir. Envoyez-nous vos manifestations, articles… tout ce qui serait susceptible d’intéresser les femmes.

Rejoignez-nous, votre voix compte!

Par ailleurs, nous cherchons à renforcer notre comité et à remplacer certaines partantes. Nous comptons sur vous. La diversité de notre tissu associatif doit être représentée au sein du comité, il est important que nous reflétions vos différentes sensibilités pour développer des projets aussi variés que possibles. Rejoignez-nous!

Flashmob, un franc succès

La Foule éclair (Flashmob) organisée sur le thème « VOTEZ FEMMES » fut un succès. De nombreuses politiciennes étaient au rendez-vous. Un grand moment de partage et de joie. Même les plus réticentes ont pris plaisir à danser. En ce jour de marché, les badauds étaient nombreux et en ont redemandé. Nous avons même dansé un «bis».

Votez femmes!

Dans cet élan, nous avons mis en ligne les candidates multiples et de tous horizons qui nous ont fait parvenir leurs photos et informations. Plus d’élues dans les municipaux et administratifs est un but à atteindre. N’oubliez pas de voter, d’élire et surtout d’encourager votre entourage à élire des femmes le 19 avril!

Pour terminer, je tiens à remercier sincèrement toutes celles qui m’ont soutenue depuis le 26 juin 2014, date de mon élection à la présidence et plus particulièrement les femmes remarquables du comité qui ont œuvré sans compter.

Quant à vous lectrices et lecteurs, je vous souhaite un bon début de printemps.

Nathalie Schneuwly
Présidente

Interview dans l’Emilie: Catherine Thobellem

image_pdf

Une nouvelle génération de femmes entend se faire une place en politique. Catherine Thobellem, conseillère municipale en ville de Genève, se représente en avril 2015. Elle revient sur ses motivations, ses combats, sa réalité de femme politique au service de la collectivité. Interview.

Lire l’interview: http://www.lemilie.org/index.php/ici/697-catherine-thobellem-femme-daction

Le projet « Votez femmes! »

image_pdf

La CFQF et les organisations féminines se mobilisent : il faut plus de femmes au parlement!

Berne, 09 mars 2015

La Commission fédérale pour les questions féminines CFQF et une large coalition d’organisations féminines se mobilisent pour que davantage de femmes soient élues au parlement le 18 octobre 2015. Sur le site web « Frauen wählen! – Votez femmes! – Votate donne! », des femmes politiques de premier plan expliquent pourquoi c’est une nécessité absolue. De plus, une étude commandée à l’Université de Fribourg par la CFQF, l’OFCOM et SRG/SSR analysera la présence des candidats des deux sexes dans les médias durant la campagne électorale 2015.

Le projet «Votez femmes!»

Depuis l’introduction du droit de vote et d’éligibilité des femmes il y a 44 ans, la proportion de femmes au parlement n’a jamais atteint un tiers. Les femmes occupent actuellement 31% des sièges au Conseil national et 19,6% au Conseil des Etats. Et ce chiffre est en stagnation voire en recul. Pour la première fois en 2011, moins de femmes ont été élues au Conseil national que lors des élections précédentes. La courbe avait commencé à s’inverser plus tôt au Conseil des Etats, où la proportion de femmes avait culminé à 23,9% en 2003 avant d’entamer une descente
ininterrompue.

Il faut donc agir. C’est pourquoi la CFQF s’est associée à une large coalition d’organisations féminines pour lancer le projet «Votez femmes!». Le but est d’inciter les femmes comme les hommes à se rendre aux urnes pour accorder leur voix à des femmes. Sur le nouveau site web www.votez-femmes.ch, des femmes de tous les partis s’engagent avec force en faveur d’une représentation équilibrée des sexes en politique. Deux tiers des femmes parlementaires soutiennent cette initiative et apportent leur témoignage : elles expliquent, arguments solides à l’appui, pourquoi il faut augmenter la proportion de femmes au parlement. Un dépliant, qui sera largement distribué et peut être téléchargé sur internet, complète cette offre électronique.

Analyse des médias durant la campagne électorale 2015

La présence dans les médias est une condition importante pour réussir aux élections. C’est pourquoi la CFQF, l’Office fédéral de la communication OFCOM et SRG/SSR ont demandé à l’Université de Fribourg d’analyser à quelle fréquence et sur quels thèmes les médias donneront la parole aux femmes et aux hommes se présentant aux élections pour les différents partis ou leur consacreront des sujets durant la campagne électorale 2015. L’étude englobera la presse et les médias électroniques ainsi que la SSR. Ses résultats devraient être connus à la mi-2016.

Article publié par la Confédération suisse > https://www.news.admin.ch/message/index.html?lang=fr&msg-id=56472

Une flash mob pour « Votez femmes »!

image_pdf

Dimanche 8 mars 2015 marquait la Journée internationale des droits des femmes. Des dizaines de femmes et d’hommes ont occupé un bout de la plaine de Plainpalais et ont dansé pour promouvoir la participation des femmes en politique. A l’initiative du CLAFG, cet événement qui répondait au doux nom de « Foule éclair » s’est déroulé dans une ambiance joyeuse et a rassemblé de très nombreuses femmes de tous partis politiques qui ont scandé « Votez femmes ».

Ce fut l’occasion de renforcer les liens de solidarité, qui sont essentiels si nous voulons augmenter le nombre de femmes élues et encourager les femmes à se lancer en politique.

A Genève, la proportion de candidates pour les élections municipales de ce printemps est de 36% de candidates. Elle stagne. Lors des dernières élections cantonales, le nombre de femmes élues a chuté.

Avec cette flashmob, l’objectif du CLAFG était d’envoyer un message symbolique haut en couleurs en faveur des femmes en politique: il s’agit non seulement de promouvoir la diversité des genres mais aussi de permettre que les inégalités spécifiques qui touchent les femmes (les femmes gagnent près de 20% moins que les hommes en Suisse, pour ne citer qu’un exemple) puissent être correctement défendues au plan politique. Le 7 mars à Berne, une délégation du CLAFG a aussi participé à la manifestation nationale pour l’égalité des salaires.

Irina Inostroza

Un grand merci à Myriam Sintado pour son accompagnement et sa chorégraphie:

myriamsintado@yahoo.fr

+41 78 633 97 08

Dancing Communities
http://dance-with-me.org/dancing-communities-particuliers

 

 

 

Votations: 8 mars 2015

image_pdf

Votre vote compte, n’oubliez pas de voter!

Élections 2015: les exécutifs, c’est parti!

image_pdf

Et vous? Quelles femmes élirez-vous?

Retrouvez les élues aux Conseils municipaux et les candidates aux administratifs du Canton de Genève.

Après la votation du 19 avril,  le deuxième tour pour le Conseil administratif le 10 mai 2015.

Il vous suffit de sélectionner votre commune pour voir une partie des candidates et élues.

Veuillez nous faire parvenir à l’adresse mail suivante: contact@clafg.ch votre photo de campagne afin de compléter votre fiche. Merci d’avance

Envoyez-nous votre profil de candidate

0 + 1 = ?

NouvElle n°1 (mars 2015

image_pdf

Découvrez notre nouvelle Newsletter et n’hésitez pas à vous abonner…

NouvElle n°1 (mars 2015)

UNI: Genre et traditions religieuses

image_pdf

Cours public organisé par les professeur-e-s: Yasmina Foehr-Janssens (Département des langues et littératures françaises et latines médiévales, Faculté des lettres); Delphine Gardey (Institut des Etudes genre, Faculté des sciences de la société); Dominique Jaillard (Unité d’histoire des religions, Faculté des lettres); Jean-Daniel Macchi (Ancien Testament, Faculté de théologie).

Cette série de cours interrogera le lieu commun d’une corrélation simple entre traditions religieuses et domination masculine ou patriarcale. Le regard croisé de spécialistes venus de divers horizons est particulièrement susceptible de contribuer à un travail de reformulation et d’approfondissement des enjeux complexes de la question du genre, en les interrogeant à partir de la diversité des expériences humaines et des traditions religieuses. Ce cours, attentif à repérer les positions des femmes et du «féminin» dans les traditions religieuses des sociétés anciennes et plus récentes, invitera à réfléchir aux questions liées à la domination masculine et aux positions de genre dans différents contextes socio-historiques.

Dates:

23 FÉVRIER
Silvia Naef (professeure d’arabe, UNIGE)
Féminisme naissant et question du voile dans le monde arabe au début du xxe siècle

2 MARS
Martine Ostorero (professeure d’histoire médiévale, UNIL)
Les procès de sorcellerie en Suisse romande (xve-xviie s.), une répression dirigée contre les femmes?

16 MARS
Philippe Borgeaud (professeur d’histoire des religions, UNIGE)
L’invention du règne de la Mère: réflexions d’un patriarche bâlois du xixe siècle

23 MARS
Corinne Lanoir (professeure d’Ancien Testament, IPT Paris)
Le Livre des Juges raconte-t-il la construction d’une société misogyne?

30 MARS
Beatrice De Gasquet (maîtresse de conférences en sociologie, Université Paris Diderot)
Militer pour l’égalité des sexes à la synagogue. Histoire et sociologie des féminismes juifs

13 AVRIL
Leila el Bachiri (chargée de cours, Unité d’arabe, UNIGE)
La place des femmes dans la société d’après les acteurs de la réislamisation à Bruxelles: fréristes, salafistes et féministes islamiques

27 AVRIL
Elisabeth Parmentier (professeure de théologie pratique, Université de Strasbourg)
L’ordination des femmes au ministère pastoral dans les Eglises issues de la Réformation

4 MAI
Isabelle Gagliardi (professeure d’histoire médiévale, Université de Florence)
Divines mères: sainteté et parole au féminin entre Moyen-Age et modernité

18 MAI
Dominique Jaillard (professeur d’histoire des religions, UNIGE)
«Religieusement citoyennes». Du statut paradoxal des femmes dans le polythéisme des cités de la Grèce ancienne.

La représentation des femmes en politique. Données et historique pour la Suisse

image_pdf

Bref historique du droit de vote des femmes en Suisse

La Suisse n’a accordé le droit de vote et d’éligibilité aux femmes au niveau fédéral qu’en 1971, et ce suite à une longue succession de revendications. Elle est l’un des derniers pays industrialisés à avoir accordé ce droit aux femmes et se place ainsi loin derrière la plupart des pays occidentaux, tout comme une grande partie des pays en général. Au niveau cantonal, si les genevoises ont obtenu le droit de vote et d’éligibilité le 6 mars 1960, il a fallu attendre 1990 pour que le Tribunal fédéral contraigne Appenzell Rhodes-Intérieures, dernier canton réfractaire, à accorder ce droit aux femmes.

Taux de femmes dans les instances politiques suisses et genevoises

Avec 29% de femmes représentées dans son parlement, la Suisse se classe à la 25ème place du classement mondial de l’Union Interparlementaire (UIP), en dessous du seuil critique des 30% de femmes nécessaires dans un parlement pour que les femmes y soient réellement représentées. Celui-ci est atteint au niveau communal uniquement.

Au niveau fédéral en décembre 2011: Conseil fédéral: 43% de femmes (3 sur 7); Conseil national: 29% de femmes; Conseil des États: 19.6%.

Au niveau cantonal en novembre 2013: moyenne des législatifs cantonaux: 24.7% de femmes (26% à GE); moyenne des exécutifs cantonaux: 22.4% de femmes (14% à GE).

Au niveau communal suisse en 2012: moyenne des législatifs communaux: 29.4% de femmes (31% à GE en 2011); moyenne des exécutifs communaux: 26.4% de femmes (35% à GE en 2011)

Une stagnation de la représentation des femmes dans les instances politiques est observée depuis les années 1990.

Les partis de gauche présentent généralement plus de femmes que les partis de droite.

Il n’existe pas de progression linéaire en matière d’égalité et de participation des femmes en politique. Des retours en arrière sont toujours possibles, comme cela a déjà été le cas à Genève.

Les femmes sont également largement sous-représentées dans certaines commissions parlementaires, les commissions traitant de sujets « typiquement féminins », comme par exemple l’éducation ou le social faisant exception. Ceci se vérifie à la fois au niveau fédéral et au niveau cantonal (genevois).

Quant aux commissions extraparlementaires au niveau fédéral, les femmes y sont aussi peu présentes, leur représentation plafonnant à environ 30%3. Notons qu’il s’agit là d’une moyenne et que les variations peuvent être importantes suivant les commissions.

Lire le dossier:

dossier-femmes-politique

Les Pionnières

image_pdf

Portraits de femmes ayant oeuvré pour le féminisme à Genève et en Suisse.

Marie Goegg-Pouchoulin
(1824-1899)

Femme courageuse et pionnière, elle fut regardée avec étonnement par ses contemporains. C’est elle qui fonda, en 1868 à Genève, la première société féministe en terre romande, l’Association internationale des femmes, dont le but était de soutenir les efforts tendant vers la paix et la liberté de travailler à l’avancement moral et intellectuel de la femme et à l’amélioration graduelle de sa position dans la société par la revendication de ses droits humains, civils et politiques.

La renommée de cette fondation dépassa le cadre de nos frontières puisqu’elle fut saluée par Guiseppe Garibaldi. Dissoute deux ans plus tard, cette association fut immédiatement remplacée par une autre, la « Solidarité » dont l’activité fut féconde et utile. Elle s’occupa notamment avec énergie des questions concernant les professions et les salaires.

Marie Goegg-Pouchoulin fut pendant plus de vingt ans secrétaire et caissière de la Ligue de la paix et de la liberté et elle fonda le « Journal des Femmes », premier journal féministe suisse. On lui doit par ailleurs l’admission des femmes à l’Université de Genève.

Pauline Chaponnière-Chaix
(1850-1934)

Co-fondatrice de l’Alliance de sociétés féminines suisses, elle participa à l’organisation du premier Congrès féminin suisse (1896), présida le Conseil international des femmes (CIF) et fut membre du Comité international de la Croix-Rouge.

Emma Pieczynska-Reichenbach

Genevoise de coeur, elle propagea à Genève les idées qui étaient à l’origine des premiers clubs de femmes américains. Elle créa en Suisse les premières ligues sociales d’acheteurs dont elle fut présidente et publia un des premiers livres d’éducation sexuelle (1897).

Camille Vidart
(1854-1930)

Elle fut l’initiatrice, la fondatrice et la première présidente de l’Union des Femmes à Genève. Professeure de littérature française, elle traduisit en français les fameux livres de Heidi écrits par Johanna Spiry. Féministe convaincue par esprit de justice et d’équité, de solidarité humaine et par une conception très élevée des tâches et des responsabilités de la femme dans la vie publique, elle participa à la fondation de l’Alliance de sociétés féminines suisses.

Emilie Gourd
(1879-1946)

Véritable pionnière du suffrage féminin à Genève et en Suisse, avec cet autre ardent défenseur du féminisme que fut Auguste de Morsier, elle présida l’Association suffragiste et fonda en 1912 le journal « Mouvement féministe » qui est devenu aujourd’hui l’émilie (lien). Professeure d’histoire brillante et passionnante, oratrice hors-pair, ses réalisations pour la cause de la femme sont nombreuses : ouvroir fondé en 1914, foyer d’accueil pour les prostituées, Cartel d’hygiène sociale et morale. Le mot d’ordre qu’elle laissa en quittant la présidence de l’Association suisse pour le suffrage féminin en 1928, illustre fort bien son caractère : « Soyez optimiste, croyez au succès, n’ayez jamais peur ; quand une cause est juste, comme la nôtre, le succès ne saurait manquer, mais il ne faut pas s’immobiliser dans l’attente de temps meilleurs, vous devez les forger vous-mêmes de vos mains, et avec votre cœur en ayant foi en l’avenir. »

Hélène Gautier-Pictet
(1888-1973)

Ardente défenseure des droits de la femme comme son père Paul Pictet (fondateur du journal « La Suisse » avec Gaspard Vallette), Helène Gautier fut la véritable fondatrice du Centre de liaison des associations féminines genevoises et sa présidente pendant près de vingt ans. Son but était de grouper les associations féminines existantes pour leur permettre de se consulter, de coordonner leurs efforts et d’avoir, sur plusieurs plans, une action concertée pour l’amélioration du sort de la femme. C’est grâce à sa ténacité que le CLAFG fut, dès ses débuts, reçu et écouté par les autorités.

Dr Marguerite Champendal

Première étudiante genevoise à recevoir le diplôme de docteur en médecine, elle ouvre en 1901 un cabinet de consultation et crée la « Goutte de lait », institution d’avant-garde dont le but est de venir en aide aux nouveau-nés et aux enfants des milieux défavorisés. Son « Manuel des Mères » se diffuse dans toutes les couches de la population. Elle crée en 1905 l’école d’infirmières du « Bon Secours » et « la Pouponnière ».

Dr Lina Stern

Professeure de physiologie à la faculté de médecine de l’Université de Genève de 1918 à 1925, elle fut la première et seule femme jusque dans les années 1940 à laisser son empreinte dans l’enseignement universitaire.