image_pdf

Le CLAFG est toujours à la recherche de nouvelles et nouveaux membres !

Le CLAFG est toujours à la recherche de nouvelles et nouveaux membres !

Le CLAFG, qui fête cette année ses 80 ans, a été créé dans le but de regrouper et d’informer les associations membres, ainsi que de favoriser leurs activités. Le centre veille donc à mettre à disposition une plateforme permettant de renforcer la coopération au sein d’un même réseau – en l’occurrence le réseau féminin et/ou féministe genevois. Les associations membres du CLAFG ont toutes pour but de promouvoir l’égalité dans tous les domaines, en mettant en valeur et/ou défendant les populations féminines et féministes genevoises.

Pour devenir membre ou association membre du CLAFG, pas besoin néanmoins de faire nécessairement partie d’une association féminine ou féministe. Les associations sympathisantes de la promotion de l’égalité et de la visibilisation de ces populations peuvent également en être membre en soutien de ces causes. Aussi, les membres individuel-les, promouvant l’égalité ou la défendant, sont les bienvenu-e-s !

Pour mettre à profit ses buts, le CLAFG loue des locaux à prix préférentiels, organise et promeut des manifestations culturelles, de formation, d’informations, etc. organisées par et/ou pour ses membres – toujours dans le but de créer une plus grande visibilité de ces dernières, mais également d’élargir les problématiques, en tentant d’être toujours plus inclusif et diversifé.

Si vous souhaitez prendre part à cette très belle aventure, merci de nous faire parvenir un CV et une lettre de motivation à contact@clafg.ch. Dans le cas d’une candidature en tant qu’association, les statuts de cette dernière doivent également être joints !

 

Nous nous réjouissons de vous lire et de vous rencontrer !

Le comité du CLAFG

Centres de référence

Centres de référence

Nous émettons toutes et tous nos positionnements à partir de nos centres de référence.

Ces centres de références se nourrissent de nos présupposés anthropologiques.

Extrapoler ces propres présupposés anthropologiques à autrui, c’est ne pas tenir compte de sa spécificité.

Chacune et chacun est porteuse / porteur d’un paradigme qui lui est propre, constitué de ces propres cadres de référence.

 

Le langage de l’autre

Pour m’approcher d’autrui et comprendre à partir de quels présupposés anthropologiques il / elle énonce ses « vérités », je suis sensé-e apprendre son « langage ».

S’approcher du centre de référence d’autrui, apprendre son langage pour tendre des ponts d’entendement, est un acte d’humilité.

Il n’y a pas d’entendement possible, tant que l’extrapolation de paradigmes est d’actualité.

Ceci est un enjeu essentiel pour retrouver la légitimité de la parole de chacune et de chacun.

S’approcher des centres de référence des autres ne signifie pas abandonner ses propres centres de référence, mais les relativiser, les enrichir.

 

Savoirs situés

La « Standpoint theory » nous montre à quel point nos « vérités » s’énoncent à partir de nos points de vue et perspectives, qui sont différents les uns des autres.

Le respect de la spécificité passe par la connaissance du langage de celle-ci.

Il ne devrait pas y avoir des visions hégémoniques, bien au contraire !

Les visions « arrêt sur images », qui n’évoluent pas et qui se rigidifient sont antinomiques de tout paradigme qui se veut en constante évolution et en constant dépassement.

 

Sororité et diversité

Le dépassement des stigmates introduits par le système patriarcal ne peut être possible qu’en gardant une souplesse du regard, comme signe de reconnaissance mutuelle et réciproque, pour ainsi valider et respecter les spécificités, qui elles, font toute la différence.

Reconnaître que l’autre a son langage et que ce langage peut être différent du nôtre, est aussi une marque de SORORITE.

La sororité ne devrait pas mettre à plat les différences, mais bien au contraire, se nourrir d’elles, pour s’en inspirer et aller donc vers les objectifs communs qui nous relient et qui seront d’autant plus forts et respectueux de la diversité.

C’est ce à quoi nous sommes toutes et tous appelé-e-s!

 

Stéphanie Metzger del Campo

Présidente CLAFG

La notion de sororité traitée par l’AGFDU

Les Soirées Littéraires organisées dans le cadre de l’AGFDU se veulent des espaces de réflexion qui promeuvent la co-construction de sororité à partir d’échanges et de points de vue très divers.

 

Cette année, la thématique des Soirées Littéraires se penche sur l’Inclusion. Après avoir abordé différents sujets sur le « Nous » des femmes, l’inclusion, les catégories de privilèges lors des précédentes rencontres, l’AGFDU a profité de sa dernière Soirée Littéraire pour discuter de la notion de sororité et de ses implications. Elle vous invite à vous joindre à elle afin de continuer la réflexion sur cette notion, ainsi que sur le regard porté sur les asymétries dont nous avons conscience. Cette séance aura lieu le 15 juin à 18h30h au CLAFG.

Effets Papillons !

170315_flyer_effetspapillon

 

La gestion administrative n’est pas votre activité favorite ? Sous-traitez à celles et ceux qui l’aiment ! Effets Papillon, services administratifs, propose une aide tant aux particuliers-ères qu’aux PME et PMI.

En effet, des études montrent qu’une personne sur cinq éprouve des difficultés à effectuer des démarches administratives, 12% abandonnent même leurs démarches, 54% des personnes interrogées ont expérimenté au moins une fois dans les cinq dernières années des difficultés pour résoudre un problème avec la paperasse d’une administration, d’un service public ou autres.

Tarifs 28.- CHF HT/heure  ou 26.- CHF HT/heure dès que nous dépassons 4 heures d’affilées.

(Tous les frais annexe, classeurs, séparations etc.. ainsi que le parking sont à la charge du client.)
Pour plus d’informations, cliquer ici ou ici.

8 mars: Journée Internationale des droits des femmes

Dignité des femmes

Défendre la dignité des femmes passe en premier lieu par le respect de leurs droits humains.

Des droits humains de femmes sont constamment bafoués aux 4 coins de la planète.

Pyramide de Maslow

Selon la pyramide de Maslow ( classification hiérarchique des besoins humains ), le consommateur passe à un besoin d’ordre supérieur quand le besoin de niveau immédiatement inférieur est satisfait.

Des milliers de femmes de différents pays vivent encore sous le seuil de la pauvreté et n’accèdent pas à un niveau de vie suffisant pour satisfaire leurs besoins physiologiques, de sécurité, d’amour et appartenance, d’estime de soi et d’accomplissement.

La pyramide de Maslow est bien étroite pour des millions de femmes.

En n’accédant pas aux différents niveaux que propose la pyramide de Maslow, elles n’accèdent pas à un vie digne.

Agir et travailler dans la promotion des droits des femmes implique également tenir compte de cette pyramide afin d’y travailler les différents piliers qui y sont représentés.

Protagonistes de la transformation

La famine, l’illettrisme, le manque d’accès à l’éducation, les violations sont autant de fléaux qui contraignent la vie des femmes.

L’éducation des femmes est un pilier essentiel pour qu’elles deviennent protagonistes de leur propre histoire et autonomes dans leurs choix de vie.

Les protagonistes de la transformation des paradigmes sociaux sont les femmes.

Ce sont elles, qui à partir de leurs divers champs d’action et d’intérêts agissent constamment afin de mettre en lumière les droits des femmes et de veiller à ce qu’ils soient respectés.

Prise de conscience

Le 8 mars est là pour manifester une prise de conscience collective et individuelle au sein de la société, sur la priorité des agendas féministes et féminins: égalité de genre, droits humains, respect, diversité et inclusion.

La liste est longue et vaste. Les différents domaines que nous touchons en tant que femmes travaillant pour l’égalité des genres, nous renvoient à l’importance et responsabilité de travailler de manière transversale et transdisciplinaire.

Un dépassement de paradigmes est nécessaire pour dépasser les binarités qui sont avant tout ancrées dans les pensées, afin de co-construire ensemble une sororité égalitaire, respectueuse des droits humains des femmes autant que celle des hommes, des communautés LGBTQI, les enfants, et les vieillards, et dans laquelle la solidarité sera une réalité.

Plaine d’Egalité est une démarche allant dans ce sens!

Pour un 8 mars inclusif, transdisciplinaire et solidaire,

Avec nos meilleures pensées féministes,

Stéphanie Metzger del Campo

Présidente CLAFG

Redécouverte d’un texte : le Mémorandum de la paix (1915, mis à jour en 1919, et 2015)

Il y a des textes qui nous marquent plus que d’autres parce qu’ils sont porteurs d’un message. L’histoire peut ainsi faire irruption dans le présent. Se souvenir ou oublier ? Redécouvrir implique aussi un devoir, celui de commenter, de comprendre et de rechercher des remèdes surtout lorsqu’il s’agit de conflits. Certains, vous diront que ça ne sert à rien, que les guerres existeront toujours et qu’il n’y a aucun remède. D’autres, insisteront pour poursuivre leur quête d’alternatives à travers diverses voies et surtout dans le développement de la prévention des guerres.

Le 9 février 2015, le Lyceum Club international de Genève, créé en 1912 et membre fondateur, en 1937, du Centre de liaison des associations féminines de Genève (CLAFG), a pris l’initiative de le retravailler. Ce document écrit par 36 femmes (dont 13 Lycéennes) appartenant à 7 nationalités, fut signé à Genève le 9 février 1915. Il scellait la création de l’Union mondiale de la femme pour la concorde internationale, qui sera active jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Il s’agit d’une invitation à revoir les représentations que les femmes se font de la guerre en les responsabilisant dans la lutte contre les causes psychologiques des guerres : la peur, l’ignorance et l’avidité. Leur démarche implique un travail sur les valeurs telles que la tolérance, la solidarité, le respect des diversités culturelles et religieuses, le respect de l’étranger, etc. Ce sont des règles de conduite applicables dans la vie quotidienne aux quatre coins du monde.

La fondatrice de l’Union, l’américaine Clara Guthry d’Arcis, choisit la suisse Marguerite Gobat, comme première secrétaire. Elle va contribuer en tant que rédactrice, féministe, pacifiste et éducatrice à lancer ces principes. Le texte original était bilingue: anglais et français.

Les versions en français, allemand, italien et anglais ont servi de base pour la traduction en espéranto réalisée depuis la Belgique par M. Germain Pirlot, sous l’instigation de Mireille Grosjean, présidente de la Ligue internationale des enseignats espérantistes. Cette langue internationale a servi de référence pour les traductions en arabe, chinois, portugais, népalais auxquelles nous espérons viendront bientôt s’ajouter d’autres traductions… Entretemps, que les versions française et espérantiste s’envolent et gagnent les divers réseaux à travers le monde! Ce texte table essentiellement sur la responsabilité individuelle mais aussi collective face à la guerre. Il appartient désormais à toute personne, de quel genre qu’elle soit, qui s’identifie avec quelques points de ce Mémorandum et qui s’engage à les faire respecter.

Que ces 14 points soient diffusés. Qu’ils soient source d’inspiration et d’échanges fructueux au cours de la journée de la femme 2017 ! Tel est le voeux des souscripteurs de hier, d’aujourd’hui et de demain !

Verdiana Grossi,
présidente du Lyceum Club international de Genève

                 logo

Mémorandum de l’Union mondiale de la femme pour la concorde internationale partiellement rédigé par des membres du Lyceum Club international (Genève, 1915 et 1920).

Consacré à la construction de la paix.

Mis à jour par les membres du Lyceum Club international de Genève et de Suisse, janvier 2016

1) Sachez reconnaître la diversité des points de vue engagez vous à trouver un terrain d’entente.

2) Remplacez les pensées de haine, forces destructives, par des pensées d’empathie et de justice, forces constructives. Ceci afin de détruire les barrières dans notre esprit avant
d’espérer détruire les barrières dans notre entourage et dans le monde.

3) Abstenez-vous de répandre des nouvelles ou des rapports susceptibles de créer des préjugés et de la haine entre peuples et nations.

4) Ne manquez jamais l’occasion d’opposer à toute opinion pessimiste l’assurance de votre foi inébranlable dans la possibilité d’abolir un jour la guerre, source de tant de détresse.

5) Supprimez les jeux de guerre et enseignez aux enfants que la guerre, est une tragédie trop sinistre pour en faire un jeu. Initiez-les à la résolution non-violente des conflits, la réconciliation et à la médiation.

6) Ne tolérez pas les remarques ironiques, méprisantes ou soupçonneuses à l’égard des étrangers. Il faut apprendre à les écouter pour connaître leur culture et l’apport que chaque
personne ou nation peut donner à la cause commune.

7) Intensifiez l’étude des langues; veillez à ce que les enfants apprennent les langues vivantes. Respectez les langues des minorités. Rappelez-vous en voyageant que votre pays sera jugé
d’après votre attitude.

8) Rappelez-vous que l’intolérance religieuse a été la cause de quelques-unes des plus terribles
guerres. Par l’étude comparée des religions respectez les diverses croyances.

9) Evitez les stéréotypes qui contribuent à rejeter l’autre ou à servir des intérêts particuliers qui ne prennent pas en compte les besoins humains élémentaires. Efforcez-vous de juger avec calme et impartialité: encouragez et défendez la liberté de pensée et d’opinion et soutenez la presse indépendante. Veillez à ce que les préjugés et les injustices soient supprimés des
manuels d’école.

10) Respectez vos voisins sans exalter votre pays. Lorsque vous voyagez efforcez-vous à en
véhiculer une image positive.

11) Soyez toujours prêtes à collaborer au développement social et économique des femmes et apportez-y un esprit de solidarité. Engagez vous en faveur du respect des droits et de la
protection de l’enfance.

12) Respectez l’environnement, la nature et les espèces animales en voie de disparition.

13) Quelle que soit un jour votre situation tentez de résoudre les différends qui pourraient surgir
autour de vous par les moyens de conciliation.

14) Contribuez par la pensée et l’action au déracinement des causes psychologiques de la guerre:
la peur, l’ignorance et l’avidité. Engagez-vous en faveur du désarmement moral et matériel.

 

Memorando de Monda Unio de la Virino por la internacia konkordo
Parte redaktita de membroj de Lyceum Club International (Ĝenevo, 1915 kaj 1920).

Dediĉita al la konstruado de la paco

Ĝisdatigita de la membroj de Lyceum Club International de Ĝenevo kaj de Svislando, januare 2016

1) Kapablu distingi la diversecon de la vidpunktoj, devigu vin trovi akordiĝterenon.

2) Anstataŭigu la malamajn pensojn, la detruemajn fortojn, per pensoj de kunsentemo kaj de justeco, per konstruigaj fortoj. Tio kun la celo neniigi la barojn en nia spirito antaŭ ol esperi neniigi la barojn en nia kunvivantaro kaj en la mondo.

3) Evitu diskonigi novaĵojn aŭ raportojn, kiuj povus estigi antaŭjuĝojn kaj malamon inter popoloj kaj nacioj.

4) Kontraŭ ĉiu pesimisma opinio ĉiam kaptu la okazon por starigi la memfidon de via rokfirma fido en la ebleco aboli la militon, fonton de tiom da mizeregoj.

5) Forigu la militludojn kaj lernigu al infanoj, ke la milito estas tro terura tragedio, por ke ĝi estu ludo. Ekinstruu al ili la senperfortan solvadon de konfliktoj, la repaciĝon kaj la mediaciadon.

6) Ne toleru ironiajn, malestimajn aŭ suspektemajn rimarkojn pri alilandanoj. Nepras lerni aŭskulti ilin por ekkoni ilian kulturon kaj la kontribuon, kiun ĉiu persono aŭ nacio povas doni al la komunumo.

7) Intensigu la lernadon de lingvoj ; zorgu, ke la infanoj eklernu vivantajn lingvojn. Respektu la lingvojn de la minoritatoj. Vojaĝante ne forgesu, ke via lando estos taksita laŭ via konduto.

8) Memoru, ke la religia maltoleremo estigis kelkajn militojn el la plej teruraj. Per kompara studado de la religioj respektu la diversajn kredojn.

9) Evitu la stereotipojn, kiuj kontribuas por malakcepti la alian aŭ por servi proprajn interesojn, kiuj ne atentas pri la homaj elementaj bezonoj. Strebu al trankvilaj kaj justaj juĝagadoj ; kuraĝigu kaj defendu la liberecon de penso kaj de opinio, kaj subtenu la sendependajn amaskomunikilojn. Zorgu, ke la antaŭjuĝoj kaj la maljustaĵoj estu forigitaj en la lernolibroj.

10) Respektu viajn apudulojn sen laŭdegi vian landon. Kiam vi vojaĝas, klopodu doni pri ĝi pozitivan bildon.

11) Ĉiam estu pretaj por kunlabori cele al la socia kaj ekonomia evoluado de la virinoj kaj aldoni en ĝin spiriton de solidareco. Luktu por la respekto de la infanaj rajtoj kaj por la protektado de infanoj.

12) Respektu la medion, la naturon kaj la bestspeciojn en malapero.

13) Kia ajn estu iun tagon via situacio, klopodu solvi akordiĝeme la malkonsentojn, kiuj povus naskiĝi ĉirkaŭ vi.

14) Per viaj pensoj kaj viaj agoj klopodu kunagi por la elradikigo de la psikologiaj kialoj de la milito : timo, nescio kaj monavido. Engaĝiĝu favore al la morala kaj materia malarmado.