Être pionnières

image_pdf

Les femmes ont l’habitude d’être des pionnières.

Sortir des sentiers battus pour faire entendre leurs notes singulières et s’ancrer ainsi dans la communauté est une tâche quotidienne.

Être pionnière signifie ouvrir des chemins parce que nous sommes à l’écoute de ce qui jaillit de « neuf » à chaque fois.

Comment reconnaître le « neuf », ce qui hors-cadres, et le rendre légitime ?

Comment s’aventurer dans le « neuf », sans avoir peur des méandres des préjugés et des prêt-à-penser ?

Les femmes ont l’habitude de s’aventurer dans des missions en recherche de dignité, de paix et d’inclusion.

Quel est l’exemple que nous donnons à notre jeunesse sur les femmes pionnières qui nous ont précédé et laissé des traces sur leur chemin ?

Être pionnière est une condition qui se vit avec moindre peur, si la sororité est à l’ordre du jour.

Se reconnaître dans l’autre nous encourage à ouvrir ces chemins méconnus à l’avance.

Restons simples dans la découverte de ce chemin.

Être à l’écoute est une condition sine qua non pour être une pionnière.

Pratiquer l’écoute active nous donne les moyens et les ressources nécessaires pour faire face à ces chemins innovants.

Osons l’innovation, osons la découverte en compagnie de nos pairs pour que les fruits de cette sororité soient plus prospères.

Être une pionnière est une condition atemporelle. De tout temps ont existé des pionnières, même si celles-ci s’inscrivent dans un contexte socio-politique et culturel propre à chaque époque.

Le CLAFG honore ces femmes qui sont une constante inspiration pour tout le travail que nous menons à bien.

Osons la différence,

 

Stéphanie Metzger del Campo

Présidente CLAFG