Dynamique de Groupe

image_pdf
Dynamique de groupe

 

Se réunir, se rassembler comporte toujours une composante de sororité.

La mise en commun des ressources, pour puiser en elles et partir grandies grâce à l’expérience du groupe.

Chaque groupe est unique et chaque expérience vécue dans le groupe l’est aussi.

La composante de l’universel se rallie à la singularité, dans un groupe où la parole trouve son expression.

Même le silence, peut trouver son expression, selon quelle qualité de silence s’agit-il.

 

Ontologie de groupe

Le partage de visions nourri également la dimension ontologique du groupe.

D’où nous venons et vers où nous nous dirigeons est aussi inscrit dans le groupe, même si celui-ci est une représentation partielle dans la dimension du temps.

Se réunir pour ensuite se détacher du groupe, pour se réunir à nouveau et se détacher encore, comme le va et vient d’une marée douce, le groupe a sa raison d’être inscrite dans les cycles universels.

L’empathie, l’identification mais aussi le désaccord sont différentes instances que tout groupe visite une fois ou l’autre.

L’échange est cette richesse de la tradition orale que tout groupe célèbre en son sein.

Une place pour toutes et tous, une parole émise, un souffle nouveau qui resurgit de cet échange entre les participant-e-s.

Ce qui émerge s’inscrit dans le nouveau paradigme en revisitant les présupposés anthropologiques pour les réactualiser.

 

Sens

Nulle vacuité de sens.

Le groupe redimensionne le sens à chaque fois.

Le sens doit convenir à chaque partie prenante du groupe, autrement le groupe ne bénéficie pas de cette émergence singulière et universelle.

La signature de chacune et de chacun doivent contribuer à la signature universelle.

Aucune hégémonie tendancieuse devrait prendre le dessus.

Une symphonie florale où chaque couleur s’exprime, où chaque individualité trouve sa note, sa couleur et où chaque note et chaque couleur est prise en considération.

 

Choeur des femmes

Ce n’est qu’à partir de cette singularité reconnue que l’universel s’exprime dans tout son potentiel.

Et c’est à ce moment-là que l’universel prend place dans la singularité de chacune et de chacun.

Un va et vient constant, comme cette marée douce qui chantonne les airs du chœur des associations des femmes !

 

Stéphanie Metzger del Campo

Présidente CLAFG