image_pdf

Campagne « Ça veut dire non! » – 25 novembre

A l’occasion du 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, plusieurs associations actives dans la lutte contre les violences sexuelles, le Canton, l’Université et la Ville de Genève s’associent pour promouvoir une campagne intitulée « ça veut dire non! », portant sur la notion de consentement et réalisée par un groupe de jeunes femmes.

Caveutdirenon_2015_A3-1

Les partenaires de cette campagne sont la Fédération des Associations de Parents d’Elèves du Post-obligatoire (FAPPO), le Centre LAVI, TERRE DES FEMMES Suisse, Viol-Secours, Slutwalk Suisse, le 2ème Observatoire, F-Information, le Service égalité de l’Université de Genève, le Département de l’instruction publique, de la culture et du sport (DIP) et le Bureau de la promotion de l’égalité entre femmes et hommes et de prévention des violences domestiques (BPEV) du Canton de Genève, ainsi que le Service Agenda 21-Ville durable de la Ville de Genève.

Caveutdirenon_2015_A3-2

Pour plus d’infos rendez-vous ici.

⚪Premières ASSISES RUBAN BLANC SUISSE⚪

Date : 8 décembre 2015

➡ réunir certains acteurs clés des institutions étatiques, du monde associatif et de la jeunesse autour de la violence à l’égard des ‪#‎femmes‬, afin de faire un état des lieux (Panel I) et présenter des approches variées pour faire avancer l’élimination de cette forme de violence en Suisse d’ici 2030 (Panel II)

contre-violence-suisse-ruban-blanc-geneveruban-blanc-geneve-suisseprogramme-ruban-blanc-suisse

Suivez le CLAFG sur LinkedIn !

Le CLAFG intègre peu à peu les différents réseaux sociaux.

Après Facebook, le CLAFG se présente sur LinkedIn afin de partager avec ses abonnés les actualités et articles importants sur les femmes et l’égalité.

 

clafg-linkedin-femmes-geneve

 

 

N’hésitez pas à nous suivre!

Au cinéma le 18 novembre: les suffragettes

Un drame poignant qui retrace les débuts du mouvement féministe en Angleterre.

Angleterre, 1912. Maud, une jeune femme issue d’un milieu modeste travaillant dans une blanchisserie, se retrouve engagée dans le mouvement féministe des Suffragettes. Se rendant compte que les manifestations pacifiques ne mènent à rien, elle commence à se radicaliser, quitte à perdre son foyer, ses enfants ou même sa vie, dans son combat pour l’obtention du droit de vote des femmes.

Un film de: Sarah Gavron

Avec: Meryl Streep, Carey Mulligan, Helena Bonham Carter, Brendan Gleeson, Anne Marie Duff, Ben Whishaw

 

Bande Annonce VOf :

 

Bande Annonce VF :

Plus de femmes en politique

Quinzaine de la famille Genève

Cliquez ici  pour consulter le programme quinzaine de la famille Genève.

 

ENTRETIEN AVEC ALBERT RODRIK

albert

source: www.albertrodrik.ch

Vous êtes membre du CLAFG, le seul homme, pourquoi ?

Le CLAFG regroupait initialement des associations. Lorsqu’il a décidé de s’ouvrir aux membres individuel-le-s, plusieurs femmes ont adhéré. L’adhésion à la cause des femmes est rare dans la gent masculine. Les hommes s’engagent s’ils y trouvent un intérêt, c’est souvent un enjeu instrumentalisé. Pour moi, il est évident que  la moitié de l’humanité doit avoir une place entière et complète au sein de l’humanité, j’ai tout de suite adhéré. Je n’ai manifestement pas été suivi.

 

Sur votre site, vous vous définissez comme « féministe, écologiste, syndiqué». Pourquoi mettre en premier le féminisme et qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Le féminisme a plusieurs acceptions. La femme, tout comme l’homme, est un être complexe. Il n’ y a rien de pire qu’un homme qui arbitrerait ces différentes sensibilités. On doit faire une richesse de cette diversité.

Toute ma vie j’ai eu un engagement militant pour les femmes, l’environnement et les travailleurs. Un vrai engagement socialiste. C’est l’essentiel pour moi, quant à dire pourquoi je le mets en premier, je n’ai pas de réponse rationnelle, c’est dans la tête et les tripes.

 

Comment le fait de se déclarer « féministe » est-il perçu par vos paires ? Vous êtes membres d’autres associations telles que F-Information, Solidarités femmes, Lestime et Aspasie : était-ce un atout dans votre carrière politique ?

Je suis mal placé pour mesurer. Le combat des femmes impose d’avoir toujours plus de femmes élues. Il faut montrer aux hommes que cet enjeu est important et qu’ils ont leur place dans ce combat. Ils doivent en prendre conscience. La cause des femmes n’est pas un lobby. Cela a pu me profiter, mais je crois modestement.

 

Vous avez eu un parcours varié dans votre vie, immigré, naturalisé, universitaire, employé dans le secteur bancaire, puis haut fonctionnaire, doublé d’un beau parcours politique, notamment conseiller municipal, député et constituant. Quel meilleur souvenir gardez-vous et quel regret ?

Ce que j’aime c’est la volupté de la langue, l’art de parler. Le parlement est l’endroit où l’on parle. Mes meilleurs souvenirs sont des débats politiques, lorsque j’ai pu prendre la parole sur des grands sujets de manière spontanée pour convaincre. Le plaisir d’enchaîner la discussion.  Je me souviens d’un débat sur le droit des pauvres à 20h45 pour mon premier jour au Grand Conseil ou celui sur le secret bancaire.

Mon regret serait de ne pas avoir pu aller aux Chambres fédérales.

 

Une dernière question en lien avec l’actualité, en octobre nous élirons nos représentant-e-s genevois-e-s à Berne, le CLAFG souhaite promouvoir les femmes, afin d’obtenir une parité parmi les élu-e-s.  Un conseil à formuler.

Il faut savoir ce que l’on veut, faire un choix pour l’avenir de ce pays. Nous devons voter en ayant la conviction qu’en donnant notre voix à une femme ce n’est pas une voix de perdue. Les femmes sont tout aussi capables, voire meilleures au vu du passé, elles sont des pilotes au moins aussi fiables. Les hommes ont amené parfois l’humanité au bord du gouffre et continuent. Le rôle de la femme à travers les siècles a été d’être un facteur de sauvetage. Il faut qu’elles aient leur place pour préserver l’humanité.

 

Propos recueillis par notre Présidente, Nathalie Schneuwly

La belle saison

Un film sur des femmes, réalisé par une femme.

Sortie le 19 août.

Bande annonce

Synopsis

 197film-femmes-genève1, Delphine a vingt-trois ans. Fille de paysan, elle monte à Paris pour gagner son  indépendance financière; elle se rêve à la tête de sa propre exploitation, un projet impensable  à l’époque pour une femme.

 Carole est parisienne. Elle a trente-cinq ans. En couple avec Manuel, elle vit activement les  débuts du féminisme. Lorsque Delphine et Carole se rencontrent, leur histoire d’amour fait  basculer leur vie.

 Mais Delphine est contrainte de rentrer à la ferme. Carole la suit. Là-bas, elles vont devoir  affronter une autre réalité…

 

Consultez le dossier de presse ici

 

film-la-belle-saison-geneve film-femmes-geneve