3 questions à Aurore Bui, créatrice de SOFTWEB

image_pdf

Dans le cadre de notre nouvelle permanence, le CLAFG a posé quelques questions à la créatrice et directrice de SOFTWEB, qui vous donnera des conseils dès septembre, en matière de recherche de fonds.

  • Quels sont les avantages et les difficultés à être une association féminine et/ou féministe dans la démarche de recherche de fonds ?

 

“Défendre des causes féminines et féministes, c’est s’investir pour les droits des femmes et leur intégration harmonieuse dans la société. Le fait que cela puisse être perçu par certains comme une action militante peut être un frein à la recherche de fonds pour certains types de donateurs ou de bailleurs. Il est important de savoir à qui envoyer quel type de dossiers, et comment faire passer un message qui correspond à la personne qui lit le dossier. Par exemple, certaines actions à destination des femmes peuvent être intéressantes pour des entreprises qui veulent communiquer sur ce thème. Et certaines actions à destination des femmes concernent également la santé et la sécurité de leurs enfants, thème qui intéresse de nombreux donateurs.”

  • Quels types de services proposez-vous?

 

« Nous proposons une consultation gratuite pour les associations qui leur permet d’obtenir un premier diagnostic sur leur situation et leurs défis, et une orientation sur des solutions adéquates. Nous proposons également des prestations de coaching et de recherche de fonds (sur dossier). »

  • Auriez-vous un conseil à donner aux associations, notamment à nos associations membres en ce qui concerne la recherche de fonds ?

 

« Il devient de plus en plus nécessaire pour les associations de développer leur autofinancement, mais aussi d’évaluer leurs projets et de faire un retour argumenté de leur effet sur le terrain auprès des bailleurs. Ceci peut nécessiter de nouvelles compétences pour développer et pérenniser les associations. Une des options est de se tourner vers l’entrepreneuriat social, et d’appréhender des outils tels que le « business model » qui viennent du monde de l’entrepreneuriat. »